Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Cent'anni, centu mesi... (Emmanuelle Caminade)

Partagez

Emmanuelle Caminade

Messages : 26
Date d'inscription : 28/02/2014
05032014

Cent'anni, centu mesi... (Emmanuelle Caminade)

Message par Emmanuelle Caminade

Quand Emmanuelle Caminade se penche sur le cas Acquaviva - dans le texte original s'il vous plaît... - on hérite d'une lecture des plus aiguisées, et d'une vraie analyse sur le fond et sur la forme. Pour notre plus grand plaisir, et celui de faire connaître encore mieux ce livre que nous aimons particulièrement. Mais trêve de dithyrambe, place à la chronique, et place à la lecture.




Cent'anni, centu mesi..., Jean-Yves Acquaviva, Colonna edizioni, janvier 2014, 86 p., 14 €

Cent'anni, centu mesi
..., cette courte fiction écrite en langue corse par Jean-Yves Acquaviva s'annonce comme un roman et s'il fallait la rattacher à un genre plus précis, on pourrait y voir un roman d'apprentissage atypique, ou plutôt un conte philosophique. Un conte rendant poreuses les frontières du rêve et de la réalité, plus philosophique qu'initiatique et plus poétique que satirique.
Sa mère étant morte en lui donnant naissance, le héros a été élevé dans une campagne montagneuse par un berger muet et solitaire, comme un chien par son maître. A la mort de ce premier père, cet enfant privé de parole - et même de nom - part à la découverte du monde et de son humanité. Le livre s'ouvre quand, devenu Lisandru, il arrive à son tour au terme de sa vie et s'apprête à en faire le bilan, à s'affranchir justement de cette humanité pour échapper à sa prison terrestre et regagner enfin la sérénité du néant. Et l'on est très vite saisi par la très belle image d'un homme se frayant à grand peine un chemin dans le maquis dense de ses souvenirs. Pour retourner à la source, comme l'indique d'emblée le titre faisant référence à un proverbe corse : "Cent' anni centu mesi, l'acqua volta a so paesi". Un homme traçant une route vers les abimes de l'âme humaine ...

Entre ce premier chapitre se poursuivant dans le dernier intitulé "A l'aringuarsciu", ce qui souligne encore ce renversement du temps, s'installe un long retour en arrière de quatorze stations dans lequel l'auteur retrace par la voix de son héros narrateur cette vie un peu folle. Un parcours incomplet fait de rencontres et d'expériences marquantes, enchaînant des moments forts plus que des  étapes progressives : des moments de plaisir et de souffrance, de paix ou d'espérance, d'ennui, et surtout de désillusion et de désespoir qui semblent le lot de la condition humaine. Un parcours tout en alternances et en contrastes, émaillé de rêveries et de réflexions, et s'inscrivant dans une temporalité cyclique où les événements se répètent sous d'autres formes. Et ce récit n'apporte pas vraiment de réponses pour affronter la vie, pour trouver sa place dans le monde car le héros y est surtout confronté aux contradictions et aux paradoxes, à la vanité des certitudes, au doute...
Cet enfant, proche au départ d'un état animal où priment l'instinct et le besoin de l'instant, comme de l'"état de nature" antérieur à la société des hommes, va peu à peu découvrir l'autre et l'ailleurs, se confronter à d'autres mondes, être initié au langage et développer une pensée, accéder au désir et à l'imagination, au choix, mais aussi à toute la face sombre de l'humain. Et nous le suivons au plus près de ses sensations, de ses sentiments et de ses idées avec une empathie facilitée par la narration à la première personne. Nous suivons l'évolution de sa représentation et de sa compréhension du monde comme son accès à la conscience et à la connaissance de soi. Mais qu'est-ce qu'exister, et qu'est-ce qu'un homme ? Qu'est-ce que la réalité de ce monde ?

Le choix judicieux d'une sorte d'enfant sauvage pour héros permet à l'auteur d'aborder les questions philosophiques essentielles sous un angle original, mais aussi d'appréhender son parcours à la fois comme celui de l'humanité entière et comme un voyage intérieur à la recherche de soi, tout en faisant de cet enfant enfermé dans son monde une métaphore de l'insularité renvoyant certes à la Corse, mais surtout à la solitude foncière de l'homme. Un héros dont le regard vierge justifie par ailleurs le recours à une langue simple et imagée. Quant aux différents personnages secondaires, bien que souvent des archétypes, ou brossés en peu de traits, ils prennent tous chair.
La violence et la cruauté, l'horreur de la prison, et tous ces durs rapports de domination et de soumission qui semblent la loi des hommes sont compensés par de beaux instants d'amour et surtout d'amitié, d'intense communion avec la nature, de rêveries et de contemplation. Et l'aspiration du héros à la liberté, à la beauté et la pureté, «l'attesa di qualcosa ch'ùn sapemu difinisce» soulève ce récit dans ses moments les plus noirs, le rendant paradoxalement lumineux.
L'auteur peint les états d'âmes comme des paysages, superpose les strates de sens, et son texte tisse de multiples résonances (on ne manquera pas notamment de voir dans l'attachant personnage de Petru et dans ce passage sur la pêche une clin d'oeil à Murtoriu...). Son écriture sobre, fine et sensible, sonne juste et se montre d'une grande puissance évocatrice, sa langue poétique, très ancrée dans la nature, laissant parler les images. Des images récurrentes comme cette «petra acellu» limitant le premier monde du héros et ce «pozzu turchinu» figurant l'au-delà, et qui parfois, particulièrement dans ce magnifique chapitre autour de la neige intitulé "Biancu", revêtent une grâce tarkovskienne.

Cent'annu, centu mesi... est un très beau livre d'une apparente simplicité. Un livre qui s'impose non en force mais par un équilibre complexe et subtil entre tous les éléments disparates et souvent contrastés qui s'y mêlent. Un livre qui nous fait dériver avec l'auteur dans le maquis de la mémoire et de l'imaginaire, dans une «Babbilonia» ouvrant des horizons infinis.

Emmanuelle Caminade

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking


    La date/heure actuelle est Lun 27 Fév - 12:06