Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Celu biancu (Olivier Ancey)

Partagez
avatar
Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
27022014

Celu biancu (Olivier Ancey)

Message par Marco B

Imaghjini, culori è rimori chì invadani l'anima d'un omu in partanza, è a prosa di Olivier Ancey chì l'accumpagna. A traduzzioni da vene da Bernadette Micheli.



Hè  un celu biancu, una tela immaculata induve a luce stampa à pinnillate torbe e fiure zitilline. Un  biancu screnu  induve  a mimoria  sbucina a vita  chì  sfila trinnichendu  cum’è  un  vechju  super 8.  Mi ci vecu  corre, ride è ghjucà. Ci sè ancu tù o Petru Ghjuvà. Cumu sapè quant’ella pò esse ladra a vita quand’omu hà sempre a niscintria di i so dece anni ? Cumu sapè  ch’ellu t’avissi da rode issu cancaracciu sei anni dopu, amattenduti cum’è  una  candela in qualchì  mese ? U core ride è piegnenu l’ochji. Pensu à e corse  sfrinate di  e nostre partite di ballò è ribombanu in la mio mente tante scaccanate mentre saltilleghjanu annant’à u screnu e fiure  di issu benestà passatu.

Annant’à u fogliu biancu,  si mischianu l’adori d’inchjostru, d’incolla è di sguassaghjola. U maestru  hè  un pezzu chì ùn  lu sentu più.  A  so  voce  risona ma  e so parolle ùn anu più sensu, quant’è ch’ellu parlessi un’antra lingua  cà  a meia. Provu à guardà  fora à  traversu u  vetru  ma  ùn possu.  Vogliu gode a dulcezza  di l’aria chì viranu  imbalsama, a pace di un orizonte senza cunfine  è u frombu di isse  cavallate di sciuma chì si  sfragilleghjanu nant’à u molu. Allora  chjolgu l’ochji è a luce si  face più dolce.

Sò muntagne bianche. I fiocculi cutrati  mi  carezzanu a faccia. A neve fresca è  lebbia ingutuppa u struscime di i mio passi. Guardu issu biotu chì m’abbaglianeghja  è  si lampa  pricipitatu u mio  spirdu annant’à u vergine mantu di l’inguernu. Intornu à mè s’annebbia u mondu, ingullitu da l’abissu di l’ore. Da  i ghjochi  di corte di scola  à  i primi basgi barattati  à l’appiattu, l’anni passanu spinserati ed eccumi divintatu un omu.

Duie raglie di pulvaretta bianca, cum’è un invitu à u viaghju. Stasera fistighjemu  un intarru, u meiu,  quellu di l’omu  chì s’hà  da marità è chì  lascia  daretu  à  ellu a so vita di nanzu. I mio amichi anu pricuratu è  mi sò lasciatu  scunvince.  M’aspettanu l’infernale riche trà e buttiglie biote è u cinnaraghju pienu à mocculi ghjalati. A sanu bè chì ùn aghju mai vulsutu pruvà ma s’e un la facciu oghje ùn la  faraghju mai più. U vilenu m’infiara e nare. Una lusina  bianca mi matraversa à stilittate.

U vistitu biancu risplende appesu sopr’à u littinu. In lu calore  di un’abbracciata mi surridi offerta, di passione tremu è mi perdu in lu to sguardu. Sentu  bolle a  vita in lu più prufondu  di e mio vene. Ti  tengu  tantu caru. A musica è e rise mi travenu di e to bracce è  u sonniu  svanisce. Mi  vogliu strallà accantu à  tè, ripone u capu annant’à u  to corpu è  sente i calci  di l’avvene chì cresce in la to carne. I mio amichi ballanu cum’è  dannati annant’à a pista. M’arrizzu, sortu fora è mi ficcu in vittura.

Siguità a linea bianca, azzingammi à u chjerchju è lasciammi  guidà.  I vetri sò aparti è sentu e staffilate di l’aria fresca. M’introna u mio batticore, mi trapananu e martillate di a musica  è  u frombu di u  mutore.  Ballanu cun  franasia e sfiere rosse  di u  cuntore. Sfila a strada in le strisce bianche di i lumi ; a notte pagna m’hè  linzolu.

Sò i ragi bianchi di un sole  radiosu, una luce intensa ma chì ùn  acceca, u sullevu prufondu di un balsamu cilestu chì appacia ogni  dulore. Guardu issa luce è  si strughje a paura. In lu fracassu di u partu viulente chì mi face  rinasce mi pare di sente rimori di passa è veni è  voce chì risonanu. Apru  l’ochji è vecu a so pilusa bianca esce pianu pianu da u turbidume. Mi parla ma ùn  capiscu tutte e so parolle. Vularia girà appena u capu per vedela di coda d’ochju ma ùn possu. A vularia parlà ma sò incapace di pruduce  minimu sonu.  A vularia ritene ma ùn sentu più e mo vembre. Ùn sentu  mancu più corre e lacrime annant’à e mio facce.

Hè un celu biancu di scialbu cripacciulatu, un palidu spechju chì a mimoria veste à fiure  tralucente. Una cabbia di ghjessu  induve u tempu infermu ùn si sgrana più. Ci ghjace u mio  sguardu  è l’ore si ci impetranu. Liberatemi di sta pelle morta. Datemi a pace, u silenziu è l’uscurità. Fate ch’e ùn senti più isse voce, ch’elli cessinu issi stridi è ch’elli si tacinu issi pienti. Mittite fine  à  stu turmentu, chì sì a  pelle  ùn  sente più nulla, l’anima hè straziata è u core dissanguineghja. Avà sbrancatemi.

Olivier Ancey

Illustration : Neve, Petra Alta
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Jeu 27 Fév - 16:23 par Marco B

Olivier Ancey nous parle d'un adieu au monde, une traduction de Bernadette Micheli.




C’est un ciel blanc, une toile immaculée où la lumière peint les souvenirs vaporeux de l’enfance. Un écran blême où la vie défile tremblante comme un vieux super-huit. Je m’y vois courir, jouer et rire. Avec toi Pierre-Jean. Comment savoir combien la vie est perfide quand on a dix ans et toute son innocence? Comment savoir que ce foutu cancer allait te ronger six ans plus tard et t’éteindre en un souffle ? Le cœur rit et les yeux pleurent. Je pense aux courses folles de nos parties de foot, à nos éclats de rires qui retentissent en moi pendant que tressautent sur l’écran les images d’un bonheur révolu.

Sur la feuille blanche se mêlent des odeurs de gomme, de colle et d’encre. Je n’entends plus le maître depuis longtemps. Sa voix résonne mais ses mots sont ceux d’une langue qui m’est étrangère. J’essaie en vain de regarder à travers la vitre. Je veux profiter de la douceur de l’air que le printemps embaume, de l’horizon serein et sans limite, du fracas de ces torrents d’écume qui se brisent sur la jetée. Alors je ferme les yeux et la lumière se fait plus douce.

Des montagnes blanches, des flocons glacés qui caressent mon visage. La neige fraîche et légère feutre le bruit de mes pas. Le vide m’attire et mon esprit fond sur le manteau virginal. Autour de moi le monde s’embrume englouti par l’abîme du temps. Des jeux de cour d’école aux premiers baisers échangés en cachette, les années passent insouciantes et me voilà un homme.

Deux rails de poudre blanche comme une invitation au voyage. Ce soir nous fêtons un enterrement, le mien, celui d’une vie de garçon avant les noces. Mes amis ont insisté, je leur ai fait plaisir, et je suis là devant ces lignes infernales qui m’attendent entre bouteilles vides et mégots froids. Je n’ai jamais voulu tenter, mais si ce n’est pas ce soir quand vais-je le faire ? Le venin enflamme mes narines, des éclairs me transpercent comme autant de coups de poignard.

Une robe blanche scintille suspendue au-dessus du berceau. Tu t’offres à moi dans la chaleur d’une étreinte et tu me souris. Je tremble de passion et me perds dans ton regard. Je sens la vie bouillonner dans mes veines. Je t’aime tellement. La musique et les rires m’arrachent de tes bras et le rêve s’évanouit. Je veux m’allonger près de toi, poser ma tête sur ton ventre où l’avenir qui grandit donne ses premiers coups. Mes amis dansent comme des fous sur la piste. Je me lève, sors et monte en voiture.

Suivre la ligne blanche agrippé au volant et me laisser guider. Les vitres sont ouvertes, l’air frais s’engouffre et fouette mon visage. Battements de cœur, de moteur et musique s’emmêlent ; dans ma tête résonne chaque bruit. Les aiguilles du compteur dansent. La route défile dans la lumière blanche des phares. La nuit se fait linceul.

Ce sont les rayons blancs d’un soleil radieux, une douce clarté, un baume céleste qui apaise peur et souffrance. Dans la violence qui m’enfante, dans cette renaissance brutale, il me semble entendre des bruits de voix et de pas. J’ouvre des yeux encore troubles sur une blouse blanche. Elle me parle mais je ne la comprends pas. Je voudrais tourner la tête, l’apercevoir, mais je ne peux pas. Je voudrais lui parler mais j’en suis incapable, la retenir, mais je ne sens plus mes membres. Je ne sens même plus les larmes couler sur mes joues.


C’est un ciel blanc au crépi fissuré, un pâle miroir que la mémoire habille d’images diaphanes. Une prison de plâtre où le temps infirme ne s’écoule plus. Mon regard s’y perd et les heures s’y figent. Libérez-moi de cette peau morte. Donnez-moi la paix, le silence et la nuit. Que cessent ces cris, ces pleurs et ces voix que je ne veux plus entendre. Mettez fin à ce tourment car si le corps ne sent plus rien l’âme est meurtrie et le cœur exsangue. Maintenant débranchez-moi.

Olivier Ancey

(Traduction : Bernadette Micheli)

Illustration : Sans titre, Alex Vetri.

    La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin - 0:50