Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Ruvine / Ruines, Sébastien Dalzeto (Olivier Ancey)

Partagez
avatar
Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
28022014

Ruvine / Ruines, Sébastien Dalzeto (Olivier Ancey)

Message par Marco B

Olivier Ancey prupone quì una traduzzione di un strattu di testu di Sébastien Dalzeto - l'autori di u famosu Pesciu Anguilla - scrittu in 1926 è chjamatu Gallone ou l’honneur corse. A versione uriginale era stata publicata  in u 1928, reeditata dopu in u 2000 da DCL éditions. Una manera di salutà l'autore di u primu rumanzu in lingua corsa.




Ruvine

Fatta a so vindetta, stede quachì minutu in dileri. L’impiti fatali di u so stintu fecenu piazza à un disturbu di a cuscenza. In la so mente  tribulata, i rimorsi cunfusi s’aghjumillavanu à a visione di un’esistenza oramai arruvinata. Ma in ogni parte s’alzavanu stridi, mughji  di  dulore è ghjasteme.   Ghjuvan Lucca Tramonti, dettu Gallone, dopu avè  lintatu  minacce spavintose, si  cacciò  à  fughje.
Ùn pudia finisce cà cusì.
Ogni ghjornu  chì  Diu  facia, nascianu lite accatizzate da schersi spripusitati. È perchè ? Oimella ! una lenza incatagnata trà e duie case vicine è chì, in stu povaru paisolu di Corsica, ùn  valia mancu dece baiocche u palmu.
Circhedenu d’accuncià l’affari, ma ogni  sforzu  fù guanu. Vense ancu sopr’à locu u ghjudice di pace ma  ùn pobbe  risolve è  rinviò i dui lagnanti  senza dalla vinta nè à unu  nè  à l’astru.
D’altronde, quale hè chì avaria pussutu disciuplicà simuli cuntrasti inghjinnati da disaccordi anticogni? A parolla di i  vechji ? nulla chì vale. Si pirdia omu  annant’à u pianu  cadastrale è si stava muta a mansa di i scartaficci di  famiglia. Eppuru, cù un’arganza para ognunu pratindia d’esse patrone.
—   U tarrenu  hè u meiu   è  ùn  ci passarè più !
—    Indeh !
U  « indeh », hè l’avirtimentu sulenne di u Corsu chì ne hà una techja,  segnu annunziatore  di una pacenza ghjunta à u puntu più stremu.
Si  cuttighjavanu  da u purtellu.  L’odiu  li lucia inde l’ochji è  si  sintia sorge in l’aria affannosa e premizie di un timpurale accoltu.
Una parolla inghjuliosa, dui fucili chì si pesanu è, più lestru, Gallone chì spara u prima è  chjappa u so nimicu à mezu stellu, quellu smarisce daretu à u purtellu, siccatu.
Iè, ùn pudia finisce cà  cusì.
L’assassinu righjunse in arrochju e cime di  San Colombanu.  Era un pughjale d’andati ingarapigliulati è di ripe arrappicate à a teppa, induve undighjava una cullana d’alivi è di castagni. Quindi  è culandi, u vistitellu verde di a machja è di l’orti  cunfinava e stese.  Da miziornu  à  nordu, U  Castellare,  A Penta è Sorbu Ocagnanu. In cima,  furtezza inalpillata, L’Oretu. In fondu, A Vinzulasca è à manu manca, U Viscuvatu, inciuttulatu in un nidu di virdura. Infine, in lu prulungamentu di l’abbagliu di isse zenne, si sciuglia u splindore di una piaghja chì  dava l’illusione di un mare  radiosu.
Altiera è salvatica  si scupria una Casinca sempre cummossa da u ricordu di e so pessime vindette.


Agguattatu sottu à  un  spicu scarafunatu, Gallone  fidiava u so paese è quelle case spare, incappillate à  teghje. À u sussuru di a mane avia successu a suprana chietudine di a selva. Facia parte oramai di l’armata di issi for di lege  ch’omu  disignava sottu à u vucabulu propiu speziosu di banditi. Per  un culpacciu era  un culpacciu :  una  vediva cù dui figlioli da una parte è  a  so moglia à ellu incù una criatura da l’altra.
Tante ruvine nant’à un pozzu di sangue.


Ruines

Il y eut, sa vendetta assouvie, quelques minutes d’indescriptible désarroi. Son instinct aux fatals réflexes laissa place à un trouble de conscience où, à  de vagues remords,  se mêlait la vision  d’une  existence irrémédiablement gâchée. Mais  de  tous côtés des cris s’élevaient, des  hurlements de  douleurs,  des imprécations, et  Ghjuvan Lucca Tramonti, dit Gallone, battit en retraite, non sans avoir proféré des menaces épouvantables.
Cela devait finir ainsi.
C’étaient tous les jours que Christ mettait sur terre, des querelles compliquées des plus absurdes défis. Et pourquoi, mon Dieu ? Pour une parcelle de  terrain, enclavée entre les deux maisons voisines et qui, dans ce malheureux hameau de Corse, ne valait pas plus de dix baïoques l’empan.
Tous les moyens de conciliation avaient été épuisés. Le juge de paix s’était même rendu sur les lieux et,  impuissant à résoudre le litige, avait  renvoyé les  deux plaignants  dos à  dos.
Qui,  en effet, eût pu se prononcer sur un différend issu de contestations immémoriales ? Témoignage des vieux ? Pures  hypothèses. On s’égarait sur le plan  cadastral et les papiers de famille étaient muets dans leur  fatras. Et pourtant, avec une  égale et farouche ardeur, les deux parties posaient respectivement des prétentions  à la propriété.
—   Le terrain  m’appartient et tu n’y passeras plus.
—   Indeh ! …
Le  « Indeh », c’est l’avertissement solennel du  Corse excédé, le signe avant-coureur d’une patience arrivée à sa limite extrême.
De leur fenêtre, ils s’épiaient. La haine brillait dans leurs yeux et l’on sentait sourdre dans l’air tous les symptômes d’un orage amassé.
Une épithète injurieuse, deux fusils  qui se lèvent et, plus prompt, Gallone, ayant  tiré le premier, son  ennemi,  frappé  à la  tête, disparut à l’intérieur, tué net.
Oui, cela devait finir ainsi.
Par les sentiers de traverse, le meurtrier se hâta vers les hauteurs de San-Colombano. Le terrain, très  vallonné, s’accrochait en montées abruptes, dans  un moutonnement d’oliviers et  de châtaigniers. De-ci de-là, des jardins et des maquis dont la  jolie  robe verte empiétait sur de larges espaces. Du Sud au Nord, Castellare, Penta, Sorbo-Ocagnano. Au-dessus, perché comme un château-fort, Loreto. Plus bas, Venzolasca, avec, sur sa gauche, Vescovato, enfoui dans un nid  de verdure. Enfin, prolongeant ce déroulement vertigineux, la splendeur d’une plaine donnant, sous l’effet d’un mirage, la troublante illusion d’une mer  radieuse.
Toute la Casinca se découvrait ainsi, farouchement superbe et palpitante encore du souvenir de ses terribles vendette.

Tapi dans l’anfractuosité  d’une  roche, Gallone voyait maintenant son village aux maisons inégales, chapeautées d’ardoises. Aux clameurs du matin a succédé le calme  souverain des sylvestres solitudes. Désormais, il prenait rang dans l’armée des hors la loi que l’on désignait par le vocable par trop spécieux de bandits. Pour un sale  coup, c’était un sale coup : une veuve et deux enfants d’un côté, sa femme à lui avec un nouveau-né d’autre part.
Toutes les ruines sur une flaque de sang.


Sébastien Dalzeto, Gallone ou l’honneur corse.

Traduzzioni da Olivier Ancey


Photographie : Shkodra, Albanie 2006, Guillaume Herbaut.
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking


    La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin - 0:49