Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Si tu n’aimes pas Bastia… (M Biancarelli)

Partagez

Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
16072015

Si tu n’aimes pas Bastia… (M Biancarelli)

Message par Marco B

Le grand écrivain Eduardo Galeano est mort le 13 avril de cette année. Il s’est éteint en sa ville de Montevideo, là où s’était jouée, il y a 85 ans, la première finale de la Coupe du Monde de football. La veille, dans la nuit, l’équipe du Sporting Club de Bastia, défaite quatre à zéro en finale de la Coupe de la Ligue, et de retour à l’aéroport de Poretta, était acclamée par des centaines de ses supporters. Il n’y a bien sûr aucun lien entre ces deux évènements, mais pourtant – et si l’on veut bien – un lien peut exister, qui relèverait d’une mystique philosophique que les esprits trop cartésiens n’aiment pas voir dans le football. Mais que le football offre aussi à ceux qui savent très bien à quel point ce jeu relève de l’humain, et à quel point il chronique mieux qu’aucun autre sport les passions profondes et l’histoire des peuples. Galeano était de ceux qui savent.

Sur le retour triomphal d’un Bastia vaincu, un internaute a écrit : « si tu n’aimes pas Bastia, tu n’aimes pas le football. C’est simple ». C’est simple, oui, et c’est sans doute vrai. Car si l’on n’aime pas Bastia, et si l’on n’aime pas l’Uruguay que chanta Galeano, si l’on n’aime pas le football des tourbières que l’on joue en Ecosse depuis 150 ans, et si l’on est insensible à la légende d’un Bill Shankly qui construisit le grand Liverpool des années 60 et 70, on n’a sans doute rien à voir avec ce sport, et pas compris grand-chose à son essence. Le football n’est pas seulement cette danseuse offerte aux modernes marchands du Temple, il n’est pas uniquement ce spectacle dévoyé entre les mains des grands financiers ou des carriéristes de la politique, il n’est pas non plus ce lieu aseptisé – en France notamment – où d’anciens fonctionnaires de l’anti-terrorisme courbent l’échine devant la puissance pécuniaire d’émirs controversés.

Evidemment, il ne faut pas être naïf, le football se joue également avec de l’argent. Il se joue – et depuis toujours – sur le terrain économique et sur la scène incontournable de la démographie. Le club de Preston, qui fut le premier champion d’Angleterre en 1889, illustrait à sa manière le succès d’une certaine Révolution industrielle. Il était aussi – déjà – le club le plus riche de son temps. Mais le football représente incontestablement autre chose, et c’est peut-être ce que l’on veut tuer : il est le théâtre du rêve, et celui des plus folles espérances. Non pas réellement qu’on veuille tuer le rêve, car rien n’est plus nécessaire à la manipulation des masses que le rêve, mais c’est un contrôle absolu de l’irrationnel que l’on entend exercer. Et ceux qui veulent maîtriser l’impensable le veulent au nom de l’argent, des bénéfices de leurs sociétés et des audiences télé. Ils n’aiment pas le foot, mais ils aiment l’argent, jusqu’à la folie.

Et c’est exactement ce contre quoi Eduardo Galeano s’insurgeait, lui qui luttait tout autant sur les terrains de la justice sociale que pour la transmission de ce que le football possède de meilleur : son intégrité morale, sa ferveur populaire, sa richesse culturelle, et aussi son incroyable imaginaire.

Dans Le football ombre et lumière, il se faisait l’aède d’un football humain et poétique, et notamment d’un football uruguayen qui eut la bonne idée de devenir quatre fois champion du monde, se jouant alors des plus grandes nations. Il aimait ce football uruguayen pour son talent propre, son perpétuel esprit de combat, mais encore pour son caractère imprévisible, ses dérapages et ses excès. Il l’aimait parce que rien n’existait plus au monde que ce sport pour dire le génie et la folie d’un peuple, son peuple. Galeano aurait sans doute aimé Bastia, et il aurait aimé le football corse. Parce qu’il est écrit dans le sang des légendes et des tragédies et qu’il demeure, dans la victoire ou la défaite, la joie ou la honte – trahi parfois par les siens, par sa propre paranoïa – ce haut lieu rarissime où les plus faibles écrivent leur histoire face à l’arrogance des puissants.


S’iddu ùn ti piaci Bastia…

U gran scrivanu Eduardo Galeano hè mortu u 13 d’aprili scursu. S’hè spintu in a so cità di Montevideò, dund’idda s’era ghjucata, 85 anni fà, a prima finali di a Cuppa di u Mondu di ballò. A vighjilia, in a nuttata, a squatra di u Sporting Club di Bastia, disfatta quattru à zeru in finali di a Cuppa di a Liga, è di ritornu à l’aeruportu di Puretta, era acclamata da cintunari di supporter. Sicura chì nisciun’ ligamu esisti trà ‘ssi dui evenimenti, ma puri – è sì no vulemu bè – un ligamu pò esista, chì rilivaria d’una mistica filusoffica chì i spiriti carteziani ùn volini tantu veda in u ballò. Ma chì u ballò pruponi dinò à quissi chì sani da veru sin’à chì puntu ‘ssu ghjocu rileva di l’umanu, è sin’à chì puntu faci a cronica – meddu chè alcunu sport – di i passioni prufundi è di a storia di i populi. Galeano era di quissi chì sani.

Annant’à u ritornu d’un Bastia vintu, un internotu hà scrittu : « s’iddu ùn ti piaci Bastia, ùn ti piaci micca u ballò. Hè simplicia ». Iè, hè simplicia, è sarà ancu vera. Parchì s’iddu ùn ci piaci Bastia, è s’iddu ùn ci piaci nemmenu l’Uruguay cantatu da Galeano, s’iddu ùn ci piaci u ballò di i turbieri ghjucatu in Iscozia dipoi 150 anni, è sì no semu insinsibuli à a lighjenda d’un Bill Shankly chì custruisti u gran Liverpool di l’anni 60 è 70, sì pò ch’ùn avissimu nisciun’ raportu incù ‘ssu sport, è ch’ùn avissimu capitu tantu u so estru. U ballò ùn hè solu ‘ssa baddarina arrigalata à i marcanti muderni di u Tempiu, ùn hè solu ‘ssu spittaculu sviatu in manu à i grossi finanzieri o i carrieristi di a pulitica, ùn hè nemmancu ‘ssu locu dissapitu – in Francia prima di tuttu – duva l’anziani funziunari di l’antitarrurismu zimbani a schiena faccia à a putenza di u soldu di certi emiri cuntruvirsati.

Sicura ch’ùn ci voli micca à essa niscentri, chì u ballò si ghjoca dinò cù i solda. Si ghjoca – è dipoi sempri – annant’à u tarrenu ecunomicu è a scena incunturnevuli di a dimugrafia. U club di Preston, chì fù u primu campionu d’Ingliterra in 1889, illustraia à a so manera u successu d’una certa Rivuluzioni industriali. Ed era ghjà, dinò, u club u più riccu di u so tempu. Ma u ballò raprisenta, senza cuntesta, altr’affari, ed hè forsa quissa ch’iddu si circa di tumbà : hè u teatru di u sonniu, è quissu di i spiranzi i più scemi. Micca ch’iddu si circhi di tumbà u sonniu da veru, chì nienti hè più nicissariu à a manipulazioni di i massi chè u sonniu, ma hè un cuntrollu assulutu di l’irraziunali ch’iddu si pensa d’esercità. È quissi chì volini ammaistrà l’impinsevuli a volini fà à nomu di u soldu, di i binifizii di i so sucità è di l’audienzi di televisioni. Ùn li piaci micca u ballò, ma li piaci u soldu, sin’à a tuntia.

Ed hè esattamenti contr’à ‘ss’affari chì Galeano era insurettu, iddu chì luttaia o tantu annant’à i tarrena di l’inghjustizia suciali chè pà a trasmissioni di ciò chì u ballò pussedi di meddu : a so integrità murali, u so fervori pupulari, a so ricchezza culturali, è dinò u so imaginariu incridibuli.

In U ballò umbra è luci, si facia u cuntadori d’un ballò umanu è pueticu, è subratuttu cuncirnendu u ballò uruguaianu chì ebbi l’idea tosta di duvintà quattru volti campionu di u mondu, ghjuchendusi di i nazioni i più forti. Amaia ‘ssu ballò uruguaianu pà u so propiu talentu, u so stintu perpetuali pà l’azzuffu, ma dinò pà u so carattaru imprivisibuli, i so trabuccati è i so eccessi. L’amaia parchì nienti esistia indocu di più pricisu chè ‘ssu sport par dì u geniu è a tuntia d’un populu, u so populu. Senza dubbitu, Bastia saria piaciutu à Galeano, è u ballò corsu li saria piaciutu dinò. Parchì hè scrittu in u sangu di i lighjendi è di i tragidii è ch’iddu ferma, in a vittoria o in a disfatta, a gioia o a vargugna – traditu quantu volti da i soi, da a so propia paranoià – ‘ssu locu raru è altissimu indu i più debbuli scrivini a so storia faccia à a praputenza di i più maiori.


Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Message le Lun 27 Juil - 10:47 par Sylvie Viallefond

"Mais que le football offre aussi à ceux qui savent très bien à quel point ce jeu relève de l’humain, et à quel point il chronique mieux qu’aucun autre sport les passions profondes et l’histoire des peuples. Galeano était de ceux qui savent."

"Dans Le football ombre et lumière, il se faisait l’aède d’un football humain et poétique, et notamment d’un football uruguayen qui eut la bonne idée de devenir quatre fois champion du monde, se jouant alors des plus grandes nations. Il aimait ce football uruguayen pour son talent propre, son perpétuel esprit de combat, mais encore pour son caractère imprévisible, ses dérapages et ses excès. Il l’aimait parce que rien n’existait plus au monde que ce sport pour dire le génie et la folie d’un peuple, son peuple. Galeano aurait sans doute aimé Bastia, et il aurait aimé le football corse. Parce qu’il est écrit dans le sang des légendes et des tragédies et qu’il demeure, dans la victoire ou la défaite, la joie ou la honte – trahi parfois par les siens, par sa propre paranoïa – ce haut lieu rarissime où les plus faibles écrivent leur histoire face à l’arrogance des puissants."


Le football est un puissant mouvement qui agit à différents niveaux, du plus médiatique et financier au plus populaire et quotidien.
En tant que femme, sœur et fille, je ne connais bien que la couche profonde, celle qui organise la vie privée des hommes, leur espace de liberté et de joies entre hommes et qui du coup en donne aux femmes, de la liberté et un espace de soralité. Le foot des hommes, ce fil tout droit tendu de leur enfance, sur à une place, une courette, un terrain vague et qui les fait sortir du lit les matins d'hiver, alors qu'ils ont grossi, épaissi, vieilli, travaillés par les soucis de leurs parents malades ou leur crédit déraisonnable... Ils partent dans le désordre, souvent pas lavés, emportant leur gamin les dents sales, les yeux collés, des carottes dans les cheveux pour un stade à côté d'un cimetière, où ils mangeront des chipos douteuses et s'écraseront un peu plus les disques et les ménisques, ils reviendront en marchant en danseuse, les adducteurs claqués, dégueulasses et niais. Et entre temps, les filles auront fait leur journée de filles, chacun vacant à son bonheur sexué, ces temps impartagés d'autant plus appréciés qu'ils sont équitables.
Toute ma vie il m'a semblé que le foot de la vie, celui qui rentre dans la vie, pas seulement celui des grands soirs nationaux, le foot des clubs soutenus quels que soient leurs errances ou leurs exploits, le foot pour lequel on s'engueule en grillant 15 ans d'amitié et celui qui sert de repère dans le temps : toute une vie racontée en matchs mythiques, internationaux ou de 2ème division, parallèlement aux morts, mariages et naissances, biographie parallèle, toujours gaie, ensoleillée, totalement subjective. Chaque amateur peut repérer sa vie en dates de matchs, et cette empreinte lui est propre, aussi individualisée que le sont ses empreintes digitales, et deux ou trois dates universelles quand même. Pourrais-je en dire autant? N'y a t il pas que des amateurs de foot pour partager à travers le monde deux ou trois dates magiques de leur vie? Même la religion n'y parvient pas et si elle y parvient c'est pas la peur ou la force, pour les footeux, c'est par plaisir. La guerre aussi a marqué des hommes d'une même génération avec deux ou trois dates communes. Le foot a cette puissance là, cette incommensurable puissance, par le plaisir partagé, et pourtant méprisé.

Message le Mar 28 Juil - 13:46 par Marco B

Il n'est pas méprisé partout, heureusement (ou pas ?). La chronique rend justice à Galeano en rappelant justement ce point précis. Grand intellectuel, engagé dans le combat social, il était pourtant passionné par le foot, et a beaucoup écrit sur ce sujet. Mais ce "mélange des genres" n'est pas rare chez les Latinos-Américains, ni chez les Britanniques.

ça l'est plus en France. Camus, bien sûr, ne cachait pas la passion qu'il avait pour ce sport, qu'il avait d'ailleurs pratiqué dans sa jeunesse. Mais il n'y a pas beaucoup d'autres exemples. Hormis les universitaires ou journalistes spécialistes de la chose.

Je pense pourtant - et contrairement à une idée reçue - qu'en France aussi le football possède une essence populaire qu'on met peu en avant (ton texte le fait, ceci-dit, et conforte ce point de vue). Mais c'est peut-être pour ça, justement, que les intellectuels français en parlent si peu. Trop populaire le foot ? La question mérite d'être posée.

L'idée la plus communément admise est que la France n'est pas une "nation sportive", et ça semble convenir comme ça, en tout cas dans les esprits. L'exemple corse (quatre clubs pros ou semi-pros dans les trois premières divisions) démontre un peu le contraire en matière de football. Et si l'on cesse d'être auto-centrés on doit reconnaître que Marseille, Lens, Saint-Etienne, et j'en passe, c'est - aussi - des clubs populaires, avec un passé riche, un environnement qui n'a rien à envier à certains autres plus connus à l'étranger.

Par contre - je reviens en Corse - j'aimerais bien un jour écrire une chronique, ou un article, sur le sous-développement du sport féminin dans l'île. Je ne sais pas par quel bout prendre ce texte, mais je trouve que l'absence d'investissement dans ce domaine, de prise de conscience aussi, est invraisemblable, hallucinant. Il y a vraiment quelque chose à développer dans ce sens - et un retard, y compris mental, d'un bon siècle à rattraper.

Message le Mar 28 Juil - 15:10 par Sylvie Viallefond

Lens, Laval, Reims...Ces gros clubs étaient en partie subventionnés par des grosses industries locales, dans une démarche un peu paternaliste qui n'avait pas que du mauvais pour le coup. Le foot des vétérans amateurs a bien fonctionné dans des grosses boîtes comme EDF ou le Crédit Lyonnais par les "corpos", j'ai vu des tournois banques/SNCF môme qui étaient des vrais moments d'anthologie. Quand un jeune rentrait dans une boîte, il s'y insérait par la corpo en moins de deux, sa fiancée rencontrait les autres fiancées, et paumé arrivé de sa province, il se faisait rapidement un réseau entre jeunes gens, jeunes foyers. Puis les boîtes ont préféré distribuer des chèques cadeaux ou des abonnements à des salles de sport, puis plus rien faute de moyens, les grosses sociétés ont placé des capitaux dans des clubs phares pour investissement et moins dans les clubs locaux pour soutien aux loisirs populaires, mais pour moi ça va dans le même sens que la fermeture des dispensaires municipaux, les centres de protection maternelle et infantile : les gens qui voulaient "privatiser" leurs loisirs, leur santé, leurs vacances...
Peut-être aussi que depuis une trentaine d'années en France le rugby a fait de l'ombre au foot en voulant se tailler une place. Les deux sports co-existaient paisiblement, ils n'avaient ni le même public ni le même imaginaire, ni le même terroir...Ils co-existaient tranquillement, ils se traitaient le uns de tarlouzes et de comédiennes, les autres de brutes alcooliques, puis le rugby s'est professionnalisé aussi et les médias ont voulu opposer ces deux sports, les comparer, comparer leurs valeurs, discours faciles, pleins de poncifs stériles sur la valeur "rugby" et le foot pourri par l'argent. Puis il y avait téléfoot et stade 2, Pierre Albaladejo et Eugène Saccomano, du bonheur, puis Salviac et Roland, les rugbymen et leurs calendriers, Zidane qui affole les ménagères de banlieue, un ballon lancé du côté des femmes, de manière sexiste, inculte et grossière, et plus personne ne fait le lien entre la ligue départementale de chacun de ces sports et la fédération, alors que la magie venait justement de cette pyramide montée en ballons.

Pour le sport féminin en Corse, je réalise que cette association de mots me parait même incongrue, c'est dire. Mais presque aussi incongrue où je vis aussi, sauf que là où je vis il y a le club élite France d'escrime et de judo et que les filles s'y taillent la part du Lion.
D'une famille de footeux, j'ai du passer au judo quelques années, parce que je n'avais fait que des filles et "qu'elles pouvaient pas faire de foot". Foot - Judo, c'est un autre continent, une émigration lointaine, mais j'ai été agréablement surprise de la belle place faite aux filles, de leur expérience déjà longue d'entraineurs de petites filles, adolescentes et jeunes filles en équipes mixtes, les entrainements sont mixtes, vraiment mixtes sans nivellement d'un coté ou de l'autre.

Enfin, je réfléchis et je me dis :
-j'allais aux tournois de foot sur le continent, je m'y ennuyais ferme mais j'y trouvais d'autres filles comme moi. Quand mes frères jouaient en Corse l'été, enchaînant tournois sur tournois car ils avaient un bon ballon et qu'on les attendait à la sortie du bateau, je n'allais même pas au stade, on ne me le proposait pas.
- je ne suis pas sûre que mon grand-père entraineur très longtemps et dirigeant jusqu'à la fin, mon père entraineur très longtemps puis dirigeant jusqu'à la fin, mes frères, entraineurs très longtemps et arbitres maintenant se considéraient comme sportifs. Pour eux sportifs ce sont ceux qui font du tennis, du judo, de l'athlétisme...le foot semble avoir toujours relevé d'autre chose, comme le rugby et le cyclisme, de quoi, je ne sais pas. Mais ce que je sais c'est que mes grands pères et pères n'aimaient pas les "sportifs".

Message  par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 27 Fév - 12:06