Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Odiu a nustalgia (Jo Antonetti)

Partagez
avatar
Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
28022014

Odiu a nustalgia (Jo Antonetti)

Message par Marco B

"L’indifferenza è il peso morto della storia." Antonio Gramsci.



Hè ridiculu issu sintimu, iè hè ridiculu u fattu di pienghjulà nant’à u so passatu, d’avè u stomacu nudatu è e lacrime à l’ochji pensendu à tanti dolci mumenti passati, à tante rise sceme, à tante dulcezze spartute. Odiu a nostalgia. Ùn mi sò mai pentutu di nunda, ùn aghju mai avutu rigretti, aghju avutu dolci mumenti è spartutu carezze è rise. Sò passati, puntu è basta. Fughju a nostalgia cum’è ch’eo sò fughjitu di ind’è mè. Aghju chitatu a tarra chì m’hà vistu nasce è ingrandà, l’aghju lacata à l’alba di mio vint’anni per stallammi in Pariggi. Aghju lacatu i mio lochi è i mei senza rimorsu. Ùn era fattu per campà quallà, ùn era cum’è elli. Da chjucu, m’anu cugnumatu u dilicatu. À spessu malatu, fattu cum’è una scrizzula, ùn era rusticu, ùn era duru. A caccia ùn mi piacia, u pallò ancu di menu, dicia quant’è i libri quand’elli mi vulianu zittu è mansu. Eranu zitti elli, in issa casa di petre è terra impastata, issa casuccia bughja, scomuda, tracarca di u pesu di l’antichi chì vi curavanu d’una aria severa, appiccati in ogni pezzu di a casa.

Eo mi sentia affugà. Issu mondu era troppu chjucu per mè, ùn vulia stà à mezu à l’animali, ùn vulia viaghjà nù a merda pecurina. E pecure dinù mi stumacavanu, animalacci di banda. L’omi dinù eranu animali di banda, u patriarcu decidia per l’altri, a vita era in cumunu per tuttu o guasi è eo era individualistu. Eo vulia gode di a vita cum’ella mi paria, senza rende contu à nimu, senza esse ghjudicatu da u restu di u tagliolu. Allora sò partutu. Sò cascatu subbitu innamuratu di Pariggi, i so casali magnifichi, a libertà d’esse scunnisciutu da tutti, i so piacè di tutte e mamme. L’aghju gosi tutti, ùn era più dilicatu, era libaru. Ùn sò mai vultatu ind’è mè. Ùn ci avia più a mio piazza quallà.

Mi sò discitatu in un bagnu di sudori cù a bocca pastosa. Per a prima volta in vinticinqu’anni mi sò vistu in a casuccia quallà, à u pede di u carminu, u vechju accantu à mè. Ùn avemu scambiatu mancu una parulla. Cum’è tandu. Vulerebbe arrizzammi è fumammi una sigaretta per cacciammi a piconia, ma m’hè difesu di fumà. È dapoi qualchì ghjornu e mo anche ùn si volenu più move. Allora chjodu l’ochji è lasciu a mio mente vagabundà.
Un odore cunnisciutu mi colla in capu, u sisu di u sudu pecurinu mi pare cusì dolce, sentu abbaghjà i cani è imbellà l’agnelli. Mi sentu bè, m’addrumentu.

« Mais oui, on va vous donner vos cachets, ne vous impatientez pas ».
Eccu ciò ch’ella risponde a infirmeria grassa cun a so pelle bianchiccia, quandu li dumandu à beie. Dapoi qualchì ghjornu, ùn parlu più chè in corsu, francese ùn ne sbotta più di a mio bocca. Ella face quant’è nunda, ùn cerca mancu à capì u perchè è nemmancu ùn cerca à capì ciò ch’eo li dicu. S’eo mi pudessi arrizzà, a ti caccerebbi à calci in culu a to indiferenza, o spezia di tonfia malfuttuta. Sè tù ùn mi capisci più, s’eo parlu solu corsu, hè per via di a murfina chè tù mi lampi in e vene ogni mane, hè colpa toia è tù ti ne impippi, ùn ai mancu appena cumpassione.
A guardu alluntanassi finita a so faccenda. Hè propiu malfatta. E donne di quì sò malfatte, a so pelle hè languida. M’arricordu di u muscu savuritu di a pelle di Laura. Sentia a baracucca. Aviamu sedeci anni, ci truvavamu à ciottu sole per e sulane, m’imbriacava di i so basgi, di e so carezze, gudia ogni cunfina di u so corpu à pelle mora. M’arricordu di e so lacrime quandu sò partutu, m’arricordu quantu a tenia cara è piengu.

U dulore mi disceta. Ùn possu più ripone e mio osse nant’à a strapunta. U cancaracciu mi rode à di per tuttu. Mughju ma nimu vene. A vulerebbe vede ghjunghje cum’è tandu quand’era malatu, stracquatu in u vechju lettu di noce. A vulerebbe vede ghjunghje è dumandammi cù a so voce impenserita, « Chì ai u mio figliolu ? ». A porta s’apre, ma ùn hè ella, hè sempre quella vaccaccia… Ùn mi dumanda nunda. Scambia a dosa di murfina, quessa mi pare più putente. A medicina corre pianu pianu in e mio vene è mi porta ind’è mè. A mio persona ùn ci vultarà più quallà, sippuru à mezu à quattru tavulacce chì ùn seranu mancu di castagnu, ma u mo cerbellu per via di a murfina.

Sò cù u fucile à piccollu, aghju quattordeci anni, seguitu u vechju per andà in posta è parlu, troppu. Mi leteca. L’odore di a machja cuperta di guazza m’ingutuppa di u so mantellu.

Odiu a nustalgia eppuru m'accumpagna à u mumentu di tirà l'ultimu fiatu.

Joseph Antonetti
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Ven 28 Fév - 0:14 par Marco B

Antonetti déteste la nostalgie. Même traduit (par Marco Biancarelli), il la déteste toujours autant et elle le hante. Rien à faire. Comme nombre d'entre nous.



Ce sentiment est ridicule, oui ridicule le fait de pleurnicher sur le passé, d’avoir l’estomac noué et les larmes aux yeux en pensant à tous ces instants suaves et éculés, tant de rires insouciants, tant de douceurs partagées. Je hais la nostalgie. Je ne me suis jamais plaint de rien, je n’ai jamais eu de regrets, j’ai eu des moments agréables et partagé les rires et les caresses. Mais tout ceci est passé, et point final. Je fuis la nostalgie de la même manière qu’il m’a fallu fuir de chez moi. J’ai laissé la terre qui m’a vu naître et puis grandir, je l’ai quittée à l’aube de mes vingt ans et je me suis installé à Paris. J’ai laissé ma terre et les miens sans aucun remords. Je n’étais pas fait pour vivre là-bas, je n’étais pas comme eux. Déjà petit on m’appelait « le délicat ». Souvent malade, plutôt malingre, je n’étais pas un rude, je n’étais pas un dur. La chasse me déplaisait, le foot encore plus, et j’en disais tant et plus alors qu’ils m’espéraient taiseux, comme un agneau. Les taiseux c’était eux, dans cette maison de pierres et de terre argileuse, cette sombre maisonnette, inconfortable, chargée de l’ombre des ancêtres qui vous observaient sévèrement, accrochés aux murs de chaque pièce.

Moi je me sentais étouffer. Cet univers était bien trop petit pour moi, je ne voulais pas vivre au milieu du bétail, je ne voulais pas mettre mes pas dans la merde des brebis. Et les brebis aussi me dégoutaient, ces saloperies qui vont en bande. Et les hommes-mêmes suivaient la bande, le patriarche qui décidait pour les autres, et la vie relevait pour chaque chose d’une mise en commun, quand je me voulais individualiste. Je désirais jouir de la vie comme bon me semblait, sans avoir de comptes à rendre, sans être jugé par le reste du troupeau. Donc je suis parti. Et je suis tout de suite tombé amoureux de Paris, de ses bâtiments magnifiques, de cette liberté de n’être connu de personne, de ses plaisirs infinis. Desquels je me suis repu à satiété, je n’étais plus « le délicat », j’étais libre. Et je ne suis jamais plus retourné chez moi. Je n’y avais plus ma place.

Je me suis réveillé dans un bain de sueur, la bouche pâteuse. Pour la première fois en vingt-cinq ans, je me suis vu là-bas, dans notre maisonnette, face à la cheminée, et le vieux à mes côtés. Nous n’avons pas échangé le moindre mot. Comme autrefois. Je voudrais me lever et fumer une cigarette et lutter contre ce spleen, mais il m’est interdit de fumer. Et depuis quelques jours, mes jambes refusent de me porter. Je ferme les yeux et je laisse mon esprit vagabonder.
Une odeur identifiable me revient, cette puanteur du fumier de brebis qui me semble si douce ; j’entends les chiens qui aboient, les agneaux qui bêlent. Je me sens tellement bien, et je m’endors.

« Mais oui, on va vous donner vos cachets, ne vous impatientez pas ».

C’est ce que me répond cette infirmière grasse à la peau blanche, lorsque je lui demande à boire. Depuis quelque temps, je ne parle plus que corse, il n’y a plus de français dans ma mémoire. Elle fait comme si de rien n’était, elle ne cherche pas à en connaître la raison, et ni même à comprendre ce que je peux bien raconter. Si au moins je pouvais me lever, je lui ferais ravaler son indifférence à coups de pieds au cul, à cette pétasse mal foutue. Si elle ne peut plus me comprendre, et si je parle seulement le corse, c’est à cause de cette morphine qu’elle m’a injectée dans les veines tous les matins, c’est sa faute et elle s’en fout, la compassion elle ne sait pas ce que c’est. Je la regarde qui s’éloigne, fini son turbin. Elle est totalement contrefaite. Les femmes d’ici sont contrefaites, leur peau est sans saveur. Je me souviens de la peau de Laura. Parfumée à l’abricot. Nous avions seize ans, nous nous retrouvions au coucher du soleil sur les coteaux, et je m’enivrais de sa bouche, de ses caresses, je jouissais de chaque recoin de sa peau dorée. Je me souviens de ses larmes lorsque je suis parti. Je me souviens à quel point je l’aimais, et je pleure.

La douleur me réveille. Je ne peux plus poser mes membres sur le matelas. Le cancer ronge chaque parcelle de mon corps. Je hurle mais personne ne vient. Je voudrais la voir arriver comme autrefois, lorsque j’étais malade, allongé dans le vieux lit en noyer. Je voudrais la voir approcher et me demander, avec sa voix inquiète : « Qu’est-ce que tu as, mon enfant ? ». La porte s’ouvre, mais ça n’est pas elle, c’est toujours la grosse vache… Et qui ne me demande rien. Elle change juste la dose de morphine, qui me semble un peu plus puissante. Le produit s’écoule tout doucement dans mes veines et me ramène chez moi. Mon être n’y retournera jamais, ou seulement entre quatre planches, même pas en châtaignier, mais mon esprit y est, lui, grâce à la morphine.

Je marche le fusil à l’épaule, j’ai quatorze ans, et je suis le vieux pour aller en poste, et je parle, trop. Il m’engueule. L’odeur du maquis recouvert de rosée m’enveloppe dans sa cape.

Je hais la nostalgie, et pourtant elle m’accompagne, à l’instant de rendre mon dernier souffle.

Joseph Antonetti

Illustration : brebis dans le Connemara (Diane Egault)

    La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin - 0:49