Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

"Ella" (Jean-Yves Acquaviva)

Partagez
avatar
Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
27022014

"Ella" (Jean-Yves Acquaviva)

Message par Marco B

Qualchì metempsicosi esposti da Jean-Yves Acquaviva. Traduzzioni da Bernadette Micheli pà Ghjovi.



À un' epica, ùn avia nulla è avà aghju tuttu. Sò arvintu da u lussu, u putere, a divizia. À sin'à rende. U ripastu si passa cum'è sempre, U Generale stà à u capu di u tavulinu è noi altri femu duie trecce longu à i so lati. Simu sette. Sei stantare mute è 'ss'omu chì parla quant'è sette... À a so diritta, a so moglia. Una di 'sse donne di quale omu dice ch'ella hè stata bella. Ùn ne vecu peghju frasa cà quessa per parlà d'una donna. A billezza ùn si pò perde. Si chjama Lisabetta. Cù Chjara, a so terza figliola, si vardanu. L'aghju tastati i so vint'anni, i tastu ogni volta chì 'ssu mondu mi pesa troppu. Sò abbracci passiunati, scemi, sempre mossi à a lestra. Ùn pigliemu mai u tempu d'ammasgiulacci, di scopreci. Ùn ci spugliemu mancu. À chì ghjuvaria ? Paglia ùn ci n'hè quì.

Stantare quattru è cinque, a siconda figliola di Lisabetta è u so maritu. Catalina è Ghjuliu. Sò cum'è duie ombre, duie macacciule tralucente. I vardu è ùn i vecu. Eiu, cum'è d'abitutine, sò in faccia à "Ella". Hè a mio moglia, mi sò scurdatu di u so nome. L'abitutine quì hè a regula, l'annoiu dinù. Duie volte à ghjornu, ci pusemu à 'ssu tavulinu, calemu u capu è stemu à sente U Generale, muti. Hè stranu, mai ùn sò statu cusì accampatu da a ghjente è mai ùn mi sò intesu cusì solu. Ùn cunniscia l'annoiu, 'ss'impressione chì l'ore vanu per nulla, chì u tempu hè lampatu à i cani.

E meie l'ore, à sin'à oghje, funu tutte tracolme à sintimenti, tutte vive. Aghju campatu a sulezza, l'abandonu, a chjuditura. Mai una di 'sse stonde m'hà lasciatu cusì, a mente assaltata da un silenziu pagnu. U tengu caru u silenziu ma quessu ùn u possu pate. M'intusicheghja u core, mi trovu impastughjatu da l'oziu è mi collanu e pinsate sceme.

Hè solu U Generale à rompe 'ssu silenziu, in mille pezzi à parlà chjaru. Parla, da a so bocca correnu i fiumi pieni di a so megalumania, è sò battaglie, atti d'un curagiu stremu, prove di guerrieru tremendu è tante altre pazzie. Ancu per avè campatu e millaie di l'anni, nimu ùn pudaria avè fattu u terzu di ciò ch'ellu ci serve di bugie. È ci da à sente ancu peghju. Amenta a so giuventù. Trova indu u vinu ch'ellu si serve in quantità a forza di palisacci ognuna di e so "cunquiste". Nulla di militare. A so spizialità eranu e vechje cucche carche à soldi, à l'orlu di u capiciuttà. Carne vizza, ciarbellu innacquazzitu, salme di ciò ch'elle eranu state, à strascinassi fughjendu i spechji per u tempu chì li firmava à strazià. È ellu i si cuglia 'ssi fiori impassiti, 'ssi frutti trapassati è ne facia i so ghjoculi. Rimpiazzava i spechji cusì timuti mandenduli una fiura ancu più bella cà quella di i so vint'anni, quella d'un giuvanottu à alliscialle cù ochji pieni d'amore. Era una spezia di pattu, un cuntrattu tacitu. Ellu l'arricava un ultima spasimata di vita, accindia un entica di piacè à e so notte frete è elle, u cuprianu d'oru. À sentelu, a pagava caru, u meritava 'ssu premiu. Ci ne vulia curagiu à carizzà 'sse pelle senza dulcezza, à visità 'ssi corpi infermi, à mursicà 'sse lapre dissanguinate. Ogni parolla, ogni sillaba, ogni spatansciu isciutu da a so buccaccia m'arreca u vomitu. Ogni volta, vene 'ssa tanfata, a puzza di u salvaticume, 'ssu calore à brusgiammi e vene è à fà trimulà u mio esse prufondu. Ogni volta mi colla a brama di straccià 'ssi panni ridiculi ch'o portu, d'arrizzammi è di ficcalli l'ugne à 'ssu porcu senza anima, di taglialli a so linguaccia è lampalla à i cani cum'ellu a face cù u mio tempu. Tandu lampu un sguardu à Chjara. Avaria pussutu vardà à "Ella", ma m'era digià troppu frustatu l'ochji à rombu di circà ind'è quelli di 'ssa donna senza nome una qualunque luce. Scegliu sempre à Chjara è quella, mi capisce. Soca simu distessi, soca si dumanda anch'ella in chì mondu simu, soca hà ella dinù qualchì paradisu piattu.

Mi sentu cum'è un' isula. Mi sentu arvintu da u disertu turchinu, a stesa senza cunfine. Chjodu l'ochji è sentu i marosuli batte nant'à i mio rinaghji, i sentu abbandunassi in un rimore dilicatu è dolce. Sentu u marinu imbuffammi l'alma, corre in mè cum'ellu corre per e fureste, scioltu, sfrinatu, vivu. Ùn pensu quasi più, ùn sò più quì, visiteghju l'altrò o forse ùn sò indocu. Sò un' isula. Un locu luntanu, una tarra vergine chì nimu ùn calpighjarà mai. Sò di pace, francatu d'ogni ira, u tempu ùn conta più, và in una stonda sola, bella, strabella. È vecu 'ssi battelli avvicinassi, sò dece, sò centu, u corpu trapienu à suldati accaniti, assitati di a mio pace, pronti à pigliassila è calcicalla. À mezu à i vascelli, ci n'hè unu più grande. Altieru, fieru, troppu fieru, sbarsendu d'orgogliu è di disprezzu per tuttu ciò ch'ùn hè ellu. Di tantu in tantu, si pesa un acella da u so maghju u più altu. Bianca, ligera cum'è u ventu, vola, sfrigia u celu. Stà appena cum'è appullata à un nulu è volta. Ùn sà sceglie trà prigione è libertà. Ingiru à u vascellu maestru, ci n'hè torna quattru à staccassi di a multitudine. Dui si tenenu fiancu à fiancu, à paccarò, à bandera in dolu, un pocu scantati. Sò cumuni, senza nisun frisgiu, ùn possu sfarinzià prua è poppa, si tenenu indu l'ombra di u più maiò, simplici quant'ellu hè vanitosu. I so nomi sò sfassati quant'è u soiu luce. Un antru, più chjucu, stà daretu à ellu, piattu. Inciacciatu da a so fama sdignosa. Hè cundannatu à avvià un'onda digià sulchighjata, à ùn pudè mai scopre u primu un sole chì si pesa. L'ultimu à ritene u mio sguardu hè forse u più stranu. À i so fianchi, mancu nome. Pumposu in apparenza ma tintu di falza billezza. Tuttu in ellu rispira a bugia, a vuluntà di piace senza dà nulla d'astru cà u so parè. M'acceca u so lustru è à tempu m'accionca u fraiu di u so fume. Vardu e so vele bianche è piengu per issi venti dissinsati chì venenu à perdesi è imbuffalle à straccialle. Piengu per 'ssi soffii sinceri, carchi d'ogni profume nati da i so centu mila viaghji. Mi collanu e lacrime di sapè ch'ellu i s'arrubba da fanne i so servi, ch'ellu i burla senza vergogna. À mè, mi piacenu i venti sciolti ch'ùn imbattanu mai inciampi, chì vanu cum'è carezze à visità ogni mondu. Mi piace l'acella chì sfrisgia u celu, ancu s'ella ùn sà sceglie u so distinu.

Anu messu e barche à l'acqua. Sentu u sussuru di i suldati, u tintinnulime di l'arme, volenu entre in mè. Cercanu à invademi è lasciammi spiantata, signata à u so farru. Ùn pò esse. Ci vole ch'o mi difendi. Aghju cridutu di pudè accoglie u so vilenu. Mi sò lasciata ingannà da e so certezze. Avà capiscu, ùn venenu per imbulighjà ciò ch'elli sò à ciò ch'o sò eiu. Venenu à mè per impone, decide, dì ciò ch'aghju da esse.

È di petra mi facciu aria, d'isula mi facciu nulu, una stonda appesa à u celu à supranalli. Vogliu dalli u tempu di misurà quant'ellu ci hè periculu à sfidà un'isula chì vole solu a so pace. Vogliu vede a so suspresa è a so paura di fronte à l'ira ghjusta. È d'aria mi facciu petra è acqua è cavallata immensa da parammi nanzu 'ss'armadà di paccuttiglia. Ùn ferma nulla, solu un'acella à sfrisgià u celu.

Mi si pare d'apre l'ochji è à tempu d'ùn avelli mai sarrati. Ingiru à mè, à mezu cumbugliu, ghjacenu senza vita sguasi tutti quelli chì, una siconda fà, eranu attavulinati cù mè. Eiu, sò arrittu di punta à Chjara. U so sguardu è ancu più bellu cà mai, ci brusgia una luce nova. A mio manu passa nant'à u so visu, un'ultima volta i nostri ochji s'abbraccianu. Sarà qualchì acella, è eiu, saraghju un'isula ?


Jean-Yves Acquaviva


Illustrazioni : J.M.W Turner, Self portrait.
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Jeu 27 Fév - 20:22 par Marco B

Elle

Dans cet extrait de roman, Acquaviva ne peint pas l'être, il peint le passage. Le passage de vies animales dans d'autres vies animales, dans d'autres corps, pour une quête d'un absolu de justice, infinie et chaotique.
Un travail d'interprétation de ce mouvement par Bernadette Micheli.




Je n’avais rien et voilà que j’ai tout, luxe, pouvoir et abondance. Je suis entouré et pourtant seul. Quel sentiment étrange. J’ai vécu l’isolement, l’abandon, l’enfermement mais jamais l’un de ces instants ne m’a laissé l’esprit vide, sombre et silencieux.

Jusque-là je ne connaissais pas l’ennui, cette impression que le temps passe en vain, ni la morne habitude qui est ici la règle. Deux fois par jour, invariablement, nous nous installons à table, le Général en tête et le reste des convives de part et d’autre. Nous sommes sept, six statues muettes, têtes basses, et cet homme trop prolixe qui déverse sa mégalomanie grisé par le vin qu’il boit à profusion. Il y trouve la gouaille nécessaire pour narrer chacune de ses conquêtes; batailles et actes de bravoure dignes d’un guerrier millénaire, armées impudentes et défaites, jusqu'à ces vieilles femmes riches, moribondes à l’esprit vermoulu, dépouilles d’un autre temps. Il avait jadis cueilli ces fleurs fanées, ces fruits gâtés qui l’avaient laissé faire. Il avait apporté un dernier spasme de vie et de plaisir dans leurs nuits froides. Pour cela elles l'avaient couvert de l'or qu'il croyait mériter. Il en avait fallu du courage pour caresser ces peaux sans douceur, visiter ces corps infirmes et mordre ces lèvres exsangues.

À sa droite Elisabeth, son épouse, l’une de celles dont on dit qu’elle a été belle. Je ne connais pas de pire phrase pour parler d’une femme. La beauté ne se perd jamais. Face à elle Claire, sa troisième fille. Je goûte ses vingt ans chaque fois que ce monde me pèse. Ce sont des étreintes passionnées, folles, furtives. Nous ne prenons jamais le temps de nous séduire, de nous découvrir, nous ne nous déshabillons même pas. A quoi cela servirait-il ? Ici il n’y a pas de paille. C’est « Elle » que j’aurais dû regarder, mon épouse. J’ai oublié son nom. Mais je m’étais déjà trop abimé les yeux à chercher dans ceux de cette femme une lueur quelconque. Claire me comprenait. Peut-être étions nous les mêmes, peut-être avait-elle aussi un paradis caché.
Statues quatre et cinq, Catherine et Jules, la seconde fille d’Elisabeth et son mari, deux ombres.

Le général vomit ses mensonges dans l'indifférence totale. Chaque parole, chaque syllabe, chaque souffle de ce porc sans âme me donne la nausée, l'envie d’arracher ces vêtements ridicules et d’enfoncer mes ongles dans sa chair. J’aurais voulu lui couper la langue et la jeter aux chiens comme il le fait de mes heures, mais je reste immobile.
Je me sens comme une île, cerné par une étendue infinie et désertique. Je ferme les yeux. Les vagues s’abandonnent et battent mes côtes. La brise marine souffle en moi comme elle parcourt les forêts, libre, déchaînée, vivante. Je ne pense presque plus, je ne suis plus là. Je visite l’ailleurs mais je ne suis nulle part.

Je suis une île, un lieu lointain, une terre vierge que personne ne foulera jamais. Je suis en paix, libérée de toute colère, le temps ne compte plus. Je vois s’approcher ces bateaux. Ils sont dix, cent, bondés de soldats prêts à m’assaillir. L'un d'eux plus grand, altier, trop fier, déborde d’orgueil et de mépris pour tout ce qui n’est pas lui. Parfois un oiseau s’envole de son plus grand mat, blanc et léger comme le vent, il virevolte, effleure le ciel puis retourne s’y percher. Il ne sait pas choisir entre prison et liberté. Deux navires se tiennent à l’écart, côte à côte, dans l’ombre du plus grand, immobiles et pavillon en berne. Ils sont si communs que je ne peux différencier poupe et proue. Ils sont aussi simples qu’il est vaniteux. Leurs noms sont effacés autant que le sien brille. Un autre plus petit reste caché derrière, écrasé par sa superbe, condamné à suivre son sillage. Un dernier attire mon regard, sûrement le plus étrange. Sur son flanc pas d'inscription. Pompeux, teint de fausse beauté, tout en lui respire le mensonge, le dédain et la volonté de plaire. Je regarde ses voiles blanches gonflées par les vents insensés qui viennent s’y perdre. Je pleure pour ces souffles emplis des parfums nés de ses voyages qu’il vole, asservit et trompe sans vergogne. J’aime les vents libres qui ne rencontrent aucun obstacle, qui vont comme des caresses visiter chaque monde. J’aime l’oiseau qui effleure le ciel même s’il ne sait pas choisir son destin.

Les barques sont à l’eau. J'entends le murmure des soldats, le tintement des armes. Ils veulent entrer en moi, m’envahir et me laisser marquée du rouge de leurs fers. J’ai cru un instant pouvoir accueillir leur venin, je me suis laissé tromper par leurs promesses mais à présent tout est clair. Ils ne viennent pas vers moi, mêler ce qu’ils sont à ce que je suis. Ils veulent décider et imposer ce que je dois être. Je ne peux pas me laisser faire. Et de pierre je me fais air, d'île je me fais nuage. Je reste un instant à survoler ces grands navires, je veux leur donner le temps de mesurer combien il y a danger à défier une île qui veut seulement la paix. Ils doivent comprendre que l’orgueil, la vanité, l’indifférence et les certitudes font peu de poids face à une juste colère. Et d’air je me fais à nouveau pierre, puis eau et vague immense emportant cette armada de pacotille. Il ne reste maintenant qu’un oiseau et le ciel.

Il me semble ouvrir les yeux et ne les avoir jamais fermés. Autour de moi, au milieu de ce désordre, gisent sans vie presque tous ceux qui un instant auparavant étaient attablés à mes côtés. Je suis debout devant Claire. Son regard est plus beau que jamais, une nouvelle lueur y brille. Ma main caresse son visage. Une dernière fois nos yeux s’embrassent. Est-elle un oiseau ? Et moi ? Suis-je une île ?

Jean-Yves Acquaviva

Traduction : Bernadette Micheli


Illustration : J.M.W Turner, Fort Vimieux.

    La date/heure actuelle est Mar 24 Oct - 13:13