Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Perchè scrivu (Jo Antonetti)

Partagez
avatar
Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
27022014

Perchè scrivu (Jo Antonetti)

Message par Marco B

A propos d'un activité bizarre, de sa finalité, ou comment Joseph Antonetti nous expose la praxis, nous la montre toute nue. Lascivement étendue sur une feuille de papier vierge et accompagnée de quelques blasphèmes.  Una scrittura feroce è schirzosa, l'odiu di tutti i mascheri. A traduzzione da vene da Jean-Yves Acquaviva.




Sò davanti à u fogliu, senza ispirazione. Per fà vede à tutti chì ùn ci ghjungu,  ghjastemu. Ci n’hè per madone, santi è Cristi latri.
Hè tandu ch’ella mi dumanda : ma perchè scrivi ?
M’hè venutu in core di dumandalli s’ella ùn avia panni à stirà, o vetri à lavà,  infine qualchì passatempu di donna, ma u curagiu m’hè  mancatu.

Poletti ci hà digià spiecatu perchè cantava, ma eo ùn cantu o allora à duie ore di  mane in burdata ceca, ma tandu facciu dinù affari più pessimi chì ùn ci interessanu quì.

Ùn scrivu micca fantasimendu annantu à un passatu idealizatu. Per cumincià ùn l’aghju cunnisciutu, ma n’aghju intesu parlà da quelli  chì  l’anu  campatu,  è vi possu dì i mo cari ùn sì campava megliu chè oghje.
È u passeisimu mi face cacà.
U mudernisimu dinù mi face cacà. Ùn idealiseghju a vita d’eri, ma ùn mi battu e seghe annant’à quella d’oghje.

Quale hè chì puderebbe esse incazzitu da una sucietà chì tene per mudelli è Cali è Dany Boon è Manuel Valls è Ribery è BHL.
Ùn scrivu micca da discità e cuscenze, chì ùn hè u mo rollu, ùn scrivu micca da infiarà e folle prumettenduli un avvene più bellu fattu di liberazione suciale, sucietale o naziunale. ‘Ssi scritti custì sò periculosi per quelli chì ùn li sanu  leghje. A storia ci hà amparatu chì l’idee chè no cridiamu e più belle ponu sbuccà in sfracelli sanguinosi.
Ùn scrivu mancu da fà sunnià a ghjente, ùn vogliu esse un burlamondu, ùn vogliu dà speranze false. Mi malfidu di l’ingannatori, sopr’à tuttu quand’elli a vi ficcanu solu cun parulle.

Ma scrivu. Scrivu da stuzzicà a vostra mente, scrivu da favvi vede u mondu cum’ellu hè, micca cum’è voi u vuleriate vede è scrivu da favvi ride o pienghje di rabbia, di tristezza o di gioia.
Scrivu da stumacavvi, da favvi rende e fegate, scrivu da incende in i vostri ochji una fiara ch’ella sia d’odiu o di piacè.

Scrivu dinù perchì u mo nome ùn fermi solu nant’à una petra tumbale, ultimu ricordu abbandunatu d’una vita miserella.
Scrivu infine per u piacè di ghjucà cun e parolle, per u piacè di spartele cun voi.
Scrivu, cum’è un soffiu di vita.

Joseph Antonetti

Illustration : Madonna dei fusi, Leonardo da Vinci (1501)
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Jeu 27 Fév - 16:12 par Marco B

Le texte de Joseph Antonetti en langue française, Jean-Yves Acquaviva à la traduction.




Je suis face à la feuille blanche, sans inspiration. Pour le faire savoir à tous, j'invective Dieux et Madones.
C'est alors qu'elle me dit :
Mais pourquoi écris-tu ?

J'ai eu la tentation de lui demander si elle n'avait pas un truc de bonne femme à faire, frotter des carreaux, repasser du linge, mais je n'ai pas osé.
D'aucuns expliquent pourquoi ils chantent. Moi je ne le fais qu'à deux heures du matin quand je suis en bordée noire, ça et d'autres choses bien pires mais elles n'ont pas d'intérêt ici.

Je n'écris pas le fantasme d'un passé idéal que je n'ai même pas connu. Ceux qui l'ont vécu m'en ont parlé et croyez-moi, la vie n'était pas meilleure qu'aujourd'hui.
Et le passéisme me fait chier.
Le modernisme aussi me fait chier. Je ne sublime pas la vie d'hier mais je ne me branle pas sur celle d'aujourd'hui.
Une société ayant pour modèle Cali, Dany Boon, Manuel Valls, Ribéry et BHL peut-elle faire bander...

Je n'écris pas pour réveiller les consciences, ce n'est pas mon rôle. Je n'écris pas pour soulever les foules à coups de promesses de libération sociale, sociétale ou nationale. Ces mots là sont dangereux pour qui ne sait les lire. L'histoire nous a enseigné que les idées que nous croyions si belles pouvaient accoucher de massacres sanglants.
Je n'écris pas non plus pour faire rêver les gens, je refuse d'être un mystificateur et de les abreuver de faux espoirs. Je me méfie des bonimenteurs, de ceux qui vous la mettent rien qu'avec des mots.

Mais j'écris. J'écris pour déranger votre esprit, j'écris pour vous montrer le monde tel qu'il est et pas tel que vous le voudriez et j'écris encore pour vous faire rire ou pleurer de rage, de tristesse ou de joie.
J'écris pour vous écœurer jusqu'à vomir vos tripes, j'écris pour enflammer vos yeux de haine ou de plaisir.

J'écris aussi pour que mon nom perdure au-delà d'une pierre tombale, ultime souvenir d'une vie de rien.
J'écris enfin pour le plaisir du jeu des mots, pour celui de le partager avec vous.
J'écris comme un souffle de vie.


Joseph Antonetti

(Traduction Jean-Yves Acquaviva)



Illustration : Erotic typewrtitting 20's

    La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 16:36