Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

La jungle rococo (Cécile Trojani)

Partagez
avatar
Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
27022014

La jungle rococo (Cécile Trojani)

Message par Marco B

Découverte d’une écriture, celle de Cécile Trojani, et d’un univers baroque où un certain Kasimir n’a rien d’un monstre gentil. Encore un extrait de roman ? Juste une fulgurance et puis c’est tout ? Il est bon, parfois, que la praxis se suffise à elle-même, et que l’on ne vous dise pas tout.




Le plus illustre de ces animaux provient du Vétéran, le digne Kasimir, l’assistant mutique d’Oenone. C’est le plus dur des harceleurs de Prostatatanie. Il est tellement patent qu’on lui a donné un nom. Rokko le Kokko trompette jour et nuit dans les cieux avachis de la jungle atypique. Chef de bande, acharné sur la viande, c‘est lui qui pousse les cris les plus stridents, raillant toute la meute des gros lards et s’attaquant même à la Régente. Son agressivité s’exprime en des sons suraigus et des vols en piquets qui terrifient les pauvres piétons.

La rumeur dit que c’est un amoureux déchu, un fou d’amour éconduit par sa Dame, un romantique échevelé qui aurait sombré dans la démence.

Bien avant l’avènement de CalK, quand les prés étaient blonds, le jeune Kasimir fut foudroyé par Laure, une antique statue aux mouvements si éthérés qu’il la suivait partout pour en percer l’essence. Laure se laissait suivre, n’ignorant rien du joli garçon qui lui emboitait le pas jour et nuit, rythmant son ombre de légers halètements. Puis les tours immenses recouvrirent la Cité et les lois sur l’Amour condamnèrent les habitants à l’amputation. Kasimir fut pris cent fois par la Milice CalKale. Il ne pouvait renoncer à aimer. Il avait des appuis. Chaque fois on le relâcha. Les rumeurs les plus folles circulaient sur son compte. On le comparait à Barbe Bleue.

Un soir où il marchait à l’amble des cheveux rouges de sa dulcinée, la coquine eut l’idée de prendre le chemin des Docks.

Elle accélère le pas tout en cueillant de pauvres coquelicots sur les pavés déchaussés. Il sent l’odeur de sa crinière à travers l’air du soir.
Des ondes passent, les effleurements dessinent de sombres volutes.
Il n’y a pas de garde dans cette zone. Il fond sur elle sans un mot. Un O s’esquisse diaphane sur la bouche de Laure quand il y plaque sa large main. Il connaît une exaltation sans borne. La peau est douce et vulnérable. Elle dit Non trois fois avec des sanglots de bébé. Dieu comme elle est légère ! Il l’emporte, inerte, elle ne bougera pas. Elle l’a pourtant entraîné là, elle lui a fait signe sur le chemin de leur union. Il fixe ses yeux immobiles en la possédant, ses yeux d’eau sombre grand ouverts, ouverts dans ce qu’on ne peut voir.
Puis il s’égare et il s’oublie tellement qu’il se retrouve fourrageant ses entrailles. D’abord il s’y blottit et, à mesure de l’excitation, il s’en va s’enfournant à l’intérieur de Laure jusqu’à toucher les côtes du bout de son gland. Il lui défonce l’abdomen. Le crescendo est effroyable sur les chairs et les os. Le géant s’y efforce tant qu’il démembre le corps chétif des amours enfantines.
A la fin l’on croirait que Laure fût jetée aux chiens.

Kasimir est alors à l’acmé de lui-même, dans la toute-puissance de son extrémité. Lorsqu’il se tend vers elle, c’est une image en superposition que sa rétine enclenche comme une photo au ralenti. Son système opère par-dessus la trappe. Un instant l’image le happe, ravi dans le fond des abysses où les restes du corps ne font plus unité. Désintégrée. Où Laure ? Il se met à hurler…..Jonas !!!! Le Ventre fuit, l’Oeil git dans ses bourrelets gras !!!!
Alors chien fou, caniche affamé d’elle, il va collecter les morceaux, un par un, pour les recoudre patiemment, réemboîter ce qui fut déboîté, replâtrer, remettre ensemble. Tant bien que mal, il ramène le tout dans son antre et y parfait son œuvre.
Quelques mois plus tard, il devient le Tailleur Officiel de la Cour. Toutes les dames défilent dans son échoppe, pièce rectangulaire et minuscule, tendue de toile rouge, où un pauvre sofa vous accueille, où jamais le soleil ne filtre et où la puanteur de la Cité semble avoir concentré son nectar. Toutes s’affolent du mannequin qui trône à la droite du Maître, étouffant la boutique de sa présence. Elles veulent toutes la même peau, le même nez, la même bouche, le même air de hauteur silencieuse. Kasimir coud. Il coud. Il coud à perdre haleine son amour éperdu. Chaque manteau, chaque robe, chaque tunique, chaque manchon, chacune des pièces d’étoffe composées dans l’atelier est un pas de plus vers la réconciliation qu’il attend.

Laure embaumée aussi attend.

Son Maître fait fortune, multiplie les conquêtes pour tenter d’oublier celle qu’il ne peut plus prendre. Il est violent, souvent cruel, dénigrant publiquement les pratiques déviantes des impuissants réduits à se branler devant des bouts de bois ! Il se réclame flamboyant, libertin patenté, grand adepte de Sade dont tous les livres ont disparu, dont le nom seul provoque le frisson. La nuit, des bribes de sa philosophie viennent hanter les jeunes filles somnolentes.

Pourtant la carrière du Grand Couseur va prendre fin un beau matin, à l’instant où une perle rouge se met à couler entre les mains d’une fillette un peu hardie. Elle avait entrepris de sonder les globes oculaires du mannequin. Le beau plastron de sa maman en avait été maculé. L’on songea à une blessure, mais les mains de Sophie étaient vierges et blanches tandis que l’orbite de Laure vomissait son œil dans un fracas glaireux.

Kasimir ne fit aucune difficulté. Les épaules basses, il avoua tout aux Miliciens venus le chercher, surtout le crime impardonnable : il l’aimait ! D’où les complications….il voulait la garder avec lui coûte que coûte. Se la coudre au-dedans ! L’ingérer ! On avait beau lui expliquer que c’était interdit, que son fétiche, tout embaumé qu’il fût, puait à plein nez et que surtout… AIMER N’EXISTAIT PLUS ! Il fallait se résoudre à la réalité.
C’est en larmes et en camisole double que Kasimir fit son entrée dans la jungle à pompons, bouffé par le souvenir de CELLE dont il n’avait pas su si elle avait joui. Bouffé par ce qu’il avait laissé en elle, LUI tout entier en vérité, car c’est bien ELLE qui l’avait avalé. Il était passé dans son corps. Il l’avait traversé de part en part mais son mystère restait intact. Laure était insondable et LUI demeurait là, dans le corps rapiécé de Laure qu’ils avaient jeté des falaises… les hommes de main de la Milice… les pires brutes qui soient…
Ils avaient saisi Laure dans leurs mains de bûcherons et l’avaient balancée avec un rire gras.

Dans le gris, tout au fond, il n’y avait plus de lamantins pour la contempler. Il n’y avait plus de vert, plus de bleu. Il n’y avait plus le beau regard de Diatomée et Kasimir imaginait dans l’eau saumâtre son amour, dans l’eau vide de Dieu. Et c’est ce pantin inutile, sa Laure, où Kasimir se rassemblait chaque jour, qui lui donnait la force singulière de fermer les bouches, comme il avait ouvert le ventre aimé à l’infini furieux.

Cécile Trojani

Illustration : Portrait de Simonetta Vespucci par Piero di Cosimo, 1480
Musée Condé, Chantilly
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking


    La date/heure actuelle est Jeu 22 Juin - 22:22