Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Fuck you Satan ( pensée pour Ferré qui aurait eu 100 ans )

Partagez

Hubert Canonici

Messages : 283
Date d'inscription : 01/03/2014
Age : 49
Localisation : Bonifacio
31082016

Fuck you Satan ( pensée pour Ferré qui aurait eu 100 ans )

Message par Hubert Canonici

Fuck you Satan...

Défilent les cerneaux des défunts, des DS poussées au vent des sarbacanes

La trompe du papillon ivre pénètre la figue mûre, près des ajoncs, sentinelles des vols lune de miel

Fuck you Satan...des fripes sèches abandonnées aux varans, des massifs de stères arrachés aux Akans

Des papes quadrillent les consciences, poivrent le long des pistes, reniflent la cannelle et servent de la bile

Fuck you Satan...des épines aux regards, des ventres en location, des seringues pour pères, des écrans pour amants

La salsa des mourants, le lait dans les sillons, le savoir en dentelle, la valse des pochtrons

Fuck you Satan...pour tout ce schiste en hydromel, pour ces moutons que tu fais paitre, pour ces adultes qui régressent, pour avoir suturé le temps...
Fuck you Satan...
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Message le Sam 10 Sep - 7:34 par Hubert Canonici

Un prestolet à l'ombre d'un châtaignier, ses mots n'ont pas de poids, sauf pour une centenaire sourde, bercée par la langueur d'un après-midi d'automne

Une malle de vieux jouets, pleine et acide comme l'enfance, les sensations s'amenuisent, miss robot fait danser ses boulons

Étendre des squames nets, accrochés aux iliaques communs, que l'homme veuille bien les absoudre

Foutre ses faux amis dans des puits oubliés, des puits absents à l'idée même de la survie d'un saule, leurs cœurs fermés comme leurs portes

Réunir les forces invisibles, assister moralement aux obsèques d'Ugel, mort dans ses rangées de choux, de n'avoir pas changé à temps la pile de son cœur

Chercher de l'ombre à la lumière, trouver l'âme de la mer tapie dans un cours d'eau, accrocher ses voiles de flanelle, et vogue le bateau

    La date/heure actuelle est Mer 1 Mar - 21:01