Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Sujet imposé : la transgression

Partagez
avatar
Dominique Giudicelli
Admin

Messages : 397
Date d'inscription : 28/02/2014
03032015

Sujet imposé : la transgression

Message par Dominique Giudicelli




Transgresser, désobéir, contrevenir ; aller contre ce qui semble "naturel", dépasser les limites.
On met le pied sur un territoire qui excite les imaginations et libère la fureur (de vivre ?). Ça devait être un festival !!
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:21 par Marco B

Francesca a écrit:bien sûr, pourquoi pas en français. A vrai dire j'avais une autre fin...je dirai plus tard.

Ah ! Voilà.

On écrivait en même temps, mais je pense qu'on voit la même chose.
avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:24 par Marco B

Pour ce qui est du français, tu fais exactement comme tu veux. Une traduction ferait plaisir à tout le monde, mais on est là pour faire ce qu'on veut, ce qu'on peut, et rien n'est obligatoire.

Le blog (qu'on doit toujours être mis à jour, mais perso je n'y arriverai jamais) était totalement bilingue. Là c'est un forum, et un petit concours pour le fun, chacun fait ce qu'il veut.


Dernière édition par Marco B le Mer 18 Mar - 19:25, édité 1 fois
avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:25 par Marco B

Moi j'aime bien qu'il y ait des textes en corse le plus souvent possible.
avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:26 par Francesca

je dois dire que je me suis fait une réflexion, récemment, sur la plupart de mes petits écrits : je suis nulle pour les chutes Smile
avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:27 par Francesca


Paresse, peut-être? Je bâcle à la fin... Smile
avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:27 par Dominique Giudicelli

En fait, en réclamant une suite, je voulais dire (sans le dire) que le texte me semble inachevé. Vous dîtes que vous en avez une autre, cela ce confirme...

Pourquoi ne pas l'avoir écrite ? Trop transgressive ou pas assez ?
avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:29 par Marco B

Eh bien une autre version avec une fin différente, moi je prends.

Y a pas le feu au lac, non ?

Ce serait même chouette de voir une version évolutive. Les écrits fonctionnent très souvent comme ça.
avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:37 par Marco B

Francesca a écrit:Eranu ingrandati è i so ghjochi cambiavanu. E bracciute, quand’elli li appughjavanu e duie spalle in terra, ch’ella ùn pudia più resiste à a forza di i so dui mascaroni di fratelli, avianu pigliatu un giru novu, chì a frasturnava appena.

Melissa si dicia ch’era nurmale, tuttu nurmale, ghjochi niscentri trà fratelli è surelle. Ma era quantunque disturbata, in u so core, ùn si sentia più sicura di ciò ch’era nurmale, bè o male. Ùn sentia più issu spiritu liberu di a zitellina, cum’è quand’ella ridia spenserata luttendu cun elli,  senza pensà chì forse, forse, « ùn ci vulia ... ».  
Sta volta Antone era sopra à ella è ùn si n’andava, s’era messu à zozzò nantà u so corpu, si strufinava contru à ella è u so visu era rossu inciappatu. I so ochji lucicanti ùn avianu più listessa spressione, u so surrisu era stranu, stortu da qualcosa ch'ella ùn capia micca.

Una stonda u so fratellu li parse un stranieru, o peghju, un nemicu cù un sguardu d’assassinu.
A mamma era rientrata à bon’ora è avia mughjatu subitu : ma chì faci o Antò !? Lenta subitu a to surella ! Ella avia puntatu u fratellu è s’era messa à l’ascosu in camara soia. A l’ascosu di chè ? Chì era stu periculu ch’ella risentia è chì li facia sente in corpu?  

Antone avia ricumenciatu, o di e volte era Massimu à chjappà la, è parechje volte s’era battuta per liberà si ma a tenianu forte, appughjavanu guasi à assufucà la è avianu quellu surrisu stumacosu in bocca. Più andava più a zitella si pigliava di peura, si dicia ch’un ghjornu ùn la cappierebbenu micca.

A so surellone Anna era cambiata anch'ella. Ùn ghjucava più cù Massimu è Antone  à e bracciute, si tenia luntanu da elli è i leticava s’elli s’avvicinavanu. Ùn ridia più. Si chjudia in camara. E surelle ùn si cuntavanu più e so piccule pene di core nè i so secreti. Anna paria andata nantu à un’antra pianeta. E s’ella vidia à Melissa ghjucà cù i masci, ghjunghjia subitu à caccià la da e so mani è i mughjava, minaccenduli di « palisà tuttu ». Ma chì avia po da palisà ?

Una notte, sò ghjunti tramindui, silenziosi. Si sò avvicinati da u so lettinu è u lume debbule di a so lampana di notte schjaria male u so visu è cù l'ombre di u so surrisu à ella li parianu demonii.

Massimu li parlò cù una volce troppu dolce ch'ùn la rasserenava manc'appena. Li dava u fretu in u spinu : « ùn t’inchietà, ùn ti feremu micca male. Sì una zitellona, avà, i fratelli devenu amparà a vita à e so surellucce »
Ma di chì parlava ? Melissa si lampò per arrizzà si, u so core facia i salti in pettu. N’era sicura sta volta, sti « ghjochi » ùn eranu « nurmali » è i so fratelli eranu diventati i so peghju nemichi da veru, micca per ride.
Massimu a chjappò pè i capelli, li messe a manu nantu à a bocca dicenduli di stà bassa è tranquilla, chì ùn ci vulia à discità i parenti o elli cunterianu à a mamma ch’era ella à circà li sempre durante i so ghjochi, per fà cose brutte. È cuntinuvava : « ci ringrazierai un ghjornu, perchè saperai cumu ci vole à fà cù l’omi. Lasciati fà è scuprerai a più bella cosa di a vita. »

Ma à ella ùn li paria ch’elli priparessinu qualcosa di cusì bellu, trimava di tutta a so persona, aprendu ochji spaventati chì i supplicavanu di parte, senza riesce à scumoveli. Sempre avianu quellu surrisu...
Mentre ch’ellu parlava Massimu, Antone l’avia spugliata è stracquata in lettu. Disse anch’ellu : « lasciati fà. Hè cusì trà fratelli è surelle. Un ghjornu ci vole à amparà a vita, tocca à noi di fà ti cunnosce issi affari »
“Avà mi pigli in a to bocca, è ti mustreraghju cumu chì ci vole à fà. S’è tù sì bella brava cù noi, ti deremu a mubiletta, perchè Massimu n’hà da cambià. Hà ecunumizatu per quessa.»

A mubiletta ! È chì n’avia da fà ella di a so mubiletta merza! Bastardi ch’elli eranu  tramindui !
Melissa chjappò u bastone di carne, ch’era digià bellu sticchitu, è li sciaccò una murzicata secca secca, chì non solu i parenti  ma u casamentu sanu fù discitatu da i mughji di Antone è prestu di Massimu, ch’ella ringraziò di e so lezziò di bracciuta cù un calciu  bè tiratu à mezu à l’anche.


Pour moi (ça n'est pas une leçon, hein, juste de la tchatche en direct) tu coupes tout ce qui est en bleu.

Puis tu parles d'autre chose, on retrouve Mélissa plus tard, ailleurs, dans un autre monde, qu'est devenue sa vie ? ça peut n'avoir aucun rapport avec tout ce qui précède, mais tout ce qui précède a déjà eu lieu, c'est en elle, quelque part.

ça pourrait être top. A réfléchir.

(et après je vote pour toi Laughing )
avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:45 par Francesca

je veux bien couper tout ce qui est en bleu, sauf peut-être cette "promesse" qui est à la fois perverse, dérisoire et débile, de donner la mobylette si elle est docile...
avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:51 par Francesca

pourquoi je me suis "arrêtée"?

1/ la paresse, le manque de temps, ou les deux. d'un coup, j'ai laissé tomber, trop de boulot de continuer dans l'autre version, il faut sortir de soi,  c'est ça ...

2/ j'avais envie de sauver la petite Melissa...c'est mon truc, ça, le "happy end" Smile

Mais merci de vos commentaires, en fait je n'en suis pas surprise, je me l'étais un peu dit à moi-même...et puis..j'avais la cuisine à faire Smile . J'aurais dû ne pas écrire directement sur le forum et attendre d'avoir vraiment fini pour lancer le texte sur Praxis.
Bon d'ailleurs, je n'ai pas fini les nouilles sautées à la viet. désolée.
avatar

Message le Mer 18 Mar - 19:56 par Dominique Giudicelli

Bravo Marco ! Je trouve vraiment interessant ce genre d'échange, et je serais heureuse qu'il se généralise. Au delà du plaisir qu'il y a à recevoir des compliments ou au moins à être lu, il est très bénéfique d'entendre des critiques constructives de ce genre.
Je participe à un cercle d'écriture avec 3 autres écrivains, et depuis 2 ans, nos lectures critiques les uns des autres nous ont fait bcp progresser, sans aucun sentiment d'humiliation (exercée ou subie) et avec beaucoup de justesse et d'attention.

Et bravo aussi à Francesca de bien recevoir la suggestion de Marco.

A tous, si vous n'osez pas le faire avec tout le monde, sentez-vous libres de le faire sur mes textes. Je n'en tirerai que le meilleur.
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 13:24 par Dominique Giudicelli

Et voici un nouveau texte, écrit dans l'idée de chercher la pire des transgressions...

"Réflexion faite, je ne te tuerai point. Je ne brûlerai pas dans la chambre conjugale la gomme toxique  à l'encens mêlée pour te voir sombrer dans un sommeil létal, vulnérable et tendre, abandonné à ma vengeance.
Il me serait facile de te faire trépasser, dans la paix du repos ou au contraire dans les affres d'une souffrance qui te ferait supplier après la mort, je connais les potions. Je connais aussi les armes : la cordelette de soie tressée qui entre dans la chair comme le tranchant d’une lame ; les poignards qui dans mes mains tournoient et volent infailliblement jusqu'à leur cible ; les flèches lustrées de Belladonne, et même les aiguilles, fines comme des cheveux, qui voguent jusqu'au coeur, portées par l'onde du sang. Tu le sais, j'ai reçu de mes parents l'éducation raffinée des filles de ma sorte.

Ils m'ont enseigné aussi que le premier devoir d'une épouse est d'être fidèle au père de ses fils, et si les ayant abandonnés pour te suivre, je ne puis leur rendre les soins dont ils m'ont comblée, je peux tout au moins ne pas leur infliger le chagrin du déshonneur en restant l'épouse irréprochable que j'ai toujours été. Docile jusqu'à l'oubli de moi-même, fidèle jusqu'au sacrifice des miens, obéissante jusqu'au meurtre de ma chère Junie, coupable de  m'avoir trop aimée. Dans l'atroce humiliation que tu m'infliges, mon unique grandeur sera celle-là, de n'avoir pas trahi le serment que je t’ai fait devant l’autel familial, ni failli à ma tâche de génitrice. Je t’ai donné deux fils, beaux comme la vie, et j’ai oeuvré à ta gloire. Pourtant aujourd’hui, mon époux, tu me répudies. Tu m'expulses de la demeure que tu disais mienne pour y établir ma rivale au ventre pubère. Tu m'arraches à mes fils et tu les lui donnes à couver, et moi, moi tu me craches sur les chemins, comme un fruit pourri qui t'écoeure.

Pourtant, je ne te tuerai point. Je t’offrirai au contraire un festin, ce soir puisque tu m'a laissé jusqu'au matin pour quitter ta maison.
Je veux te préparer le met le plus exquis qu’aucun roi ni dieu n'a jamais goûté, une viande tendre comme la chair que tu ouvris, jadis, entre mes jambes pour déposer ta semence, suave, fondante et brûlante d’épices comme la passion qui me dévore.
J’ai apprêté les petits agneaux pour le sacrifice. Je les ai saignés de mes mains et salés de mes larmes. J’ai mêlé leur sang au vin miellé qui accompagnera le banquet. J’ai débité leurs frêles épaules et leurs cuisses ronde pour les rôtir lentement au brasier de ma haine, haché délicatement leurs foies et leurs coeurs avec des herbes odorantes pour en farcir leurs panses . Tu t’en régaleras, je le sais, et tout le plaisir que tu y prendras irriguera ton corps et le fortifiera. Tu seras plein de moi, la chair de ma chair deviendra ta chair et tu ne pourras m’arracher à toi qu’en t’arrachant la vie-même. Sans doute, une fois repu, appeleras-tu tes fils à tes côtés pour qu’ils goûtent à leur tour aux restes du festin. Tu clameras leur noms en vain, ils ne viendront pas. J’enverrai dire qu’ils dorment comme de petits anges, et que je pleure auprès d'eux ; qu’ils viendront demain, après le départ de leur mère, recevoir ta bénédiction. Tu auras la mansuétude de ne pas insister, je le sais.

Mais le lendemain non plus, ils ne viendront pas.
Car tu n’auras plus de fils.

Ils reposeront, tout fumant, au fond de tes latrines.

Tu les auras mangés."


Dernière édition par Dominique Giudicelli le Jeu 19 Mar - 18:15, édité 4 fois
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 16:46 par Francesca


aaaaaahhhhhhhh


là oui, c'est une CHUTE...vertigineuse. Bravo!

cela me fait penser à un film de Marie-Jeanne TOMASI (mais c'est différent en ce qui concerne le mets qui est servi par une femme à son mari): "dolce vindetta". Tu connais?
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 17:33 par liveriu

C'est très bien mené, Dominique, c'est riche et gouleyant à souhait. Je constate que la gastronomie est l'espace le plus riche de découvertes transgressives, et cela me plaît beaucoup.
En effet Francesca on peut penser à Vindetta, mais c'est mieux avec des humains qu'avec des animaux...
D'ailleurs ton texte m'a bien intéressé lui-aussi. Et les discussions qui sont allées avec aussi, même si j'apprécie ta paresse de bâcler les fins, il est vrai qu'une chute plus dure aurait fait mouche encore plus.
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 18:04 par Dominique Giudicelli

Francesca a écrit:
aaaaaahhhhhhhh


là oui, c'est une CHUTE...vertigineuse. Bravo!

cela me fait penser  à un film de Marie-Jeanne TOMASI (mais c'est  différent en ce qui concerne le mets qui est servi par une femme à son mari): "dolce vindetta". Tu connais?

Non, mais je vais chercher...

Ravie d'avoir réussi à te surprendre !
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 19:13 par Francesca

Versione II ...


Eranu ingrandati è i so ghjochi cambiavanu. E bracciute, quand’elli li appughjavanu e duie spalle in terra, ch’ella ùn pudia più resiste à a forza di i so dui mascaroni di fratelli, avianu pigliatu un giru novu, chì a frasturnava appena.

Melissa si dicia ch’era nurmale, tuttu nurmale, ghjochi niscentri trà fratelli è surelle. Ma era quantunque disturbata, in u so core, ùn si sentia più sicura di ciò ch’era nurmale, bè o male. Ùn sentia più issu spiritu liberu di a zitellina, cum’è quand’ella ridia spenserata luttendu cun elli,  senza pensà chì forse, forse, « ùn ci vulia ... ».  
Sta volta Antone era sopra à ella è ùn si n’andava, s’era messu à zozzò nantà u so corpu, si strufinava contru à ella è u so visu era rossu inciappatu. I so ochji lucicanti ùn avianu più listessa spressione, u so surrisu era stranu, stortu da qualcosa ch'ella ùn capia micca.

Una stonda u so fratellu li parse un stranieru, o peghju, un nemicu cù un sguardu d’assassinu.
A mamma era rientrata à bon’ora è avia mughjatu subitu : ma chì faci o Antò !? Lenta subitu a to surella ! Ella avia puntatu u fratellu è s’era messa à l’ascosu in camara soia. A l’ascosu di chè ? Chì era stu periculu ch’ella risentia è chì li facia sente in corpu?  

Antone avia ricumenciatu, o di e volte era Massimu à chjappà la, è parechje volte s’era battuta per liberà si ma a tenianu forte, appughjavanu guasi à assufucà la è avianu quellu surrisu stumacosu in bocca. Più andava più a zitella si pigliava di peura, si dicia ch’un ghjornu ùn la cappierebbenu micca.

A so surellone Anna era cambiata anch'ella. Ùn ghjucava più cù Massimu è Antone  à e bracciute, si tenia luntanu da elli è i leticava s’elli s’avvicinavanu. Ùn ridia più. Si chjudia in camara. E surelle ùn si cuntavanu più e so piccule pene di core nè i so secreti. Anna paria andata nantu à un’antra pianeta. E s’ella vidia à Melissa ghjucà cù i masci, ghjunghjia subitu à caccià la da e so mani è i mughjava, minaccenduli di « palisà tuttu ». Ma chì avia po da palisà ?

Una notte, sò ghjunti tramindui, silenziosi. Si sò avvicinati da u so lettinu è u lume debbule di a so lampana di notte schjaria male u so visu è cù l'ombre di u so surrisu à ella li parianu demonii.

Massimu li parlò cù una volce troppu dolce ch'ùn la rasserenava manc'appena. Li dava u fretu in u spinu : « ùn t’inchietà, ùn ti feremu micca male. Sì una zitellona, avà, i fratelli devenu amparà a vita à e so surellucce »
Ma di chì parlava ? Melissa si lampò per arrizzà si, u so core facia i salti in pettu. N’era sicura sta volta, sti « ghjochi » ùn eranu « nurmali » è i so fratelli eranu diventati i so peghju nemichi da veru, micca per ride.
Massimu a chjappò pè i capelli, li messe a manu nantu à a bocca dicenduli di stà bassa è tranquilla, chì ùn ci vulia à discità i parenti o elli cunterianu à a mamma ch’era ella à circà li sempre durante i so ghjochi, per fà cose brutte. È cuntinuvava : « ci ringrazierai un ghjornu, perchè saperai cumu ci vole à fà cù l’omi. Lasciati fà è scuprerai a più bella cosa di a vita. »

Ma à ella ùn li paria ch’elli priparessinu qualcosa di cusì bellu, trimava di tutta a so persona, aprendu ochji spaventati chì i supplicavanu di parte, senza riesce à scumoveli. Sempre avianu quellu surrisu...
Mentre ch’ellu parlava Massimu, Antone l’avia spugliata è stracquata in lettu. Disse anch’ellu : « lasciati fà. Hè cusì trà fratelli è surelle. Un ghjornu ci vole à amparà a vita, tocca à noi di fà ti cunnosce issi affari »
“Avà mi pigli in a to bocca, è ti mustreraghju cumu chì ci vole à fà..."

Si piantò di cuntà. Ùn vulia micca pienghje davanti à Ellu, a sapia ch'era goffa quand'ella pienghjia. Era difficiule, perchè li ricullava in core u stumacheghju di tante nuttate ch'ella era stata cum'è una schjava.

Ellu l'ascultava, stupitu, tuttu accarizzenduli i capelli.

-  È ti sì lasciatu fà???

-  Chì pudia fà? Avianu a forza, eiu trimava tantu ch'ùn ne avia più nisuna per resisteli.

- Ma perchè ch'ùn mi n'ai mai parlatu? Li averia datu una bella concia, eiu!

- Mi vergugnava...Eppo m'avianu minacciatu. Mi facianu peura. Ùn li ricunniscia più, i mo cari fratelli.

- Una cosa hè sicura, t'anu amparatu bè à fà i pumpini, sti sgaiuffi, disse Ellu, ridendu.

Inzergata, li tirò i dui cuscini addossu.

- Vai, vai, stà zittu, ùn vali micca megliu chè elli!

- Dimmi appena, o ciù, ci hè qualcosa ch'ùn capiscu bè. Eri sempre vergine...

- Iè, m'anu spiecatu ch'elli mi vulianu "lascià vergine". Dunque ùn m'anu presu u fiore. Solu a bocca è u culu.

Avà e lacrime ùn le pudia più ritene.

Ma Ellu rise torna è sta volta era ammusciata.

- Perchè ridi??

È li pistava e spalle à pugnate, fendu lu ride à issa più bella. Infine l'abbracciò per amasgiulà la.

- Per nunda, per nunda, scusami, a mo ciuccia. Aiò, ripigliemu induve no ci simu piantati. Cù mè ti piace? Eiu ti tengu cara, a sai, ùn ti feraghju mai nisun male. È  tù? Mi teni caru?

- Cumu ne poi dubbità una siconda? Sì l'omu di a mo vita, o Bà!


Dernière édition par Francesca le Ven 20 Mar - 0:13, édité 7 fois
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 19:22 par Francesca

Smile je ne sais pas si elle vous plaira, celle-là, la fin ...

Mais sinon, j'aimerais bien que MB nous en écrive une autre.
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 19:25 par liveriu

et bien voilà ! bravo !
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 19:45 par Dominique Giudicelli

Ouch ! ca secoue !
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 20:38 par Marco B

Bien. Très bien. Je préfère et de loin.

Mais comme je pinaille, la dernière phrase...

"Cumu ne poi dubbità una siconda? Sì l'omu di a mo vita, o Bà!"

est mieux comme ça :

"Cumu ne poi dubbità una siconda, o Bà ? Sì l'omu di a mo vita."

Je m'explique, l'effet n'est pas sur la découverte au dernier mot qu'il s'agit du père. Mais sur la fin générale que cet enfoiré est l'homme de sa vie. L'effet sur le dernier mot est d'ailleurs inutile, puisqu'on se doute de ça depuis une ou deux phrase en amont. Donc on finit, plutôt que sur un effet, sur un malaise. Et là, je dis bravo.

J'enlève aussi le point d'exclamation, parce que je déteste les points d'exclamation.

Bref, ta seconde version est super. Et après je pinaille. Comme je l'ai dit je vote pour toi.

Quant à mon second texte : impossible, j'ai une chronique à écrire et je patauge ma race, comme disent les jeun's.
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 20:40 par Marco B

Dominique, ton texte est super aussi.

La chute est dégueu. Au fond du chiotte et tout.

J'adore.

Je vote aussi pour toi.

Mais je n'écrirai pas un deuxième texte.
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 20:42 par Marco B

Sinon, Francesca, je suis au regret de te le dire, mais ton texte est inexploitable pour mon manuel des terminales.
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 20:48 par Hubert Canonici

C'était inconscient mais je savais, la transgression ce sont les femmes qui en parlent le mieux.
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 20:49 par Dominique Giudicelli

je pensais adapter le mien en corse  : chi ne dici ?
avatar

Message le Jeu 19 Mar - 20:55 par Marco B

Dominique Giudicelli a écrit:je pensais adapter le mien en corse  : chi ne dici ?

Oui !

Mais il ne sera pas non plus dans mon manuel, les histoires de semences, en ces temps de politiquement correct...

Very Happy

Message  par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 11 Déc - 21:48