Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Je ne suis pas Charlie

Partagez
avatar
Hubert Canonici

Messages : 286
Date d'inscription : 01/03/2014
Age : 49
Localisation : Bonifacio
08012015

Je ne suis pas Charlie

Message par Hubert Canonici

Le monde se scarifie à toute vitesse...
Les humains perchés dessus ne sont que polypes malins (les plus actifs), ou bénins (les plus nombreux).
Non je ne suis pas Charlie, par respect pour "eux" qui sont morts, pas moi, je ne suis pas Charlie, parce que je préfère le recueillement posé, respectueux, à l'effet foule t-shirt...
Je ne suis pas Charlie car je ne peut "fusionner" avec tous les charognards qui n'ont pas attendu, hier, que les corps soient refroidis pour récupérer ce sordide massacre aux fins de servir leur propagande.
Les prophéties de "où est l'bec" (tant il est vrai que sa bouche a disparu), les déséquilibrés qui ont foncé sur des passants il y a peu, le nouveau meurtre d'une policière municipale aujourd'hui, le timing est incroyable, les contours annoncés d'une guerre civile, l'union sacrée?... connerie...
Qui va morfler? Demain? Les musulmans outrés comme les autres par l'acte immonde, ceux qui font leurs vies tranquillement...

J'ai un peu de mémoire, je me rappelle de Fabius faisant l'éloge des djihadistes faisant, selon lui :
-Du bon boulot en Syrie ! ( état laïc, multi confessionnel)

De Hollande, qui persistait et signait en parlant de "l’appui à tous prix aux combattants démocratiques."

Ce genre d’oxymores aussi ridicules que pathétiques.

Je ne suis pas Charlie car je ne saurais faire corps avec eux. Eux qui ont l'indécence de dire en être.

Les guerres sont toujours causées par les religions? C'est sans doute pour ça que parmi les dernières guerres flagrantes, où l'on a vu s'exercer le "droit d'ingérence" cher à Kouchner, BHL, et compagnie, les américains et leurs alliés ont massacré des peuples dirigés par des laïcs, en Irak, en Libye, tentative "momentanément" avortée en Syrie...

Quand on sait que l'état bling bling du Qatar (base américaine) continu de financer Daech, comment ne pas nuancer?
Comment ne pas demander des éclaircissements?
Faut il se contenter des voies légales et édulcorées de l'info servies par TF1, BFM TV...?

Je vomis les salauds qui ont fait ça hier, et je suis triste pour les morts et leurs familles, pour finir, je ne suis pas Charlie, mais eux sont des Charlots, eux nos pervers dirigeants, ceux qui vont nous faire tomber si bas, si bas que j'en ai le sang qui se glace...
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Jeu 8 Jan - 19:55 par liveriu

excellent, cher Hubert, lucide, vrai et bien envoyé. J'avais tout ça dans un coin de ma tête et puisque c'est dit je n'ai qu'à approuver.
avatar

Message le Ven 9 Jan - 22:20 par Dominique Giudicelli

Le texte de Rider est magnifique et j'en partage l'essentiel. Même, sa lecture me fait du bien, soulage un peu ma tension. Cependant, au delà des responsabilités et des causes, l'heure, selon moi, est de veiller aux conséquences. Pour le coup, la saine, voire sainte, colère qui nous saisit ne doit surtout pas déborder comme un torrent furieux. Elle doit juste nous servir à rester debout, tête haute et regard aigu. C'est pourquoi, je n'écrirai pas sur la colère, comme pourtant j'en ai eu envie. Je vais plutôt essayer de vibrer haut, dans des fréquences qui sonnent clair, et inspirer/expirer de la lumière.

avatar

Message le Ven 9 Jan - 22:34 par liveriu

chère Lady, je comprends très bien votre sentiment et votre besoin de vibrer et de rechercher la lumière; mais je regrette votre décision, car souvent ce sont les colères féminines qui donnent de la lumière à la connerie des hommes. Vibrez, illuminez, mais sachez que votre texte va nous manquer.
avatar

Message le Ven 9 Jan - 22:54 par Dominique Giudicelli

Merci Liveriu, mais je bafouillerais des bulles de sang...

Message le Sam 10 Jan - 10:26 par FXR

Hubert Canonici a écrit:Le monde se scarifie à toute vitesse...
Les humains perchés dessus ne sont que polypes malins (les plus actifs), ou bénins  (les plus nombreux).
Non je ne suis pas Charlie, par respect pour "eux" qui sont morts, pas moi, je ne suis pas Charlie, parce que je préfère le recueillement posé, respectueux, à l'effet foule t-shirt...
Je ne suis pas Charlie car je ne peut "fusionner" avec tous les charognards qui n'ont pas attendu, hier, que les corps soient refroidis pour récupérer ce sordide massacre aux fins de servir leur propagande.
Les prophéties de "où est l'bec" (tant il est vrai que sa bouche a disparu), les déséquilibrés qui ont foncé sur des passants il y a peu, le nouveau meurtre d'une policière municipale aujourd'hui, le timing est incroyable, les contours annoncés d'une guerre civile, l'union sacrée?... connerie...
Qui va morfler? Demain? Les musulmans outrés comme les autres par l'acte immonde, ceux qui font leurs vies tranquillement...

 J'ai un peu de mémoire, je me rappelle de Fabius faisant l'éloge des djihadistes faisant, selon lui :
-Du bon boulot en Syrie ! ( état laïc, multi confessionnel)

De Hollande, qui persistait et signait en parlant de "l’appui à tous prix aux combattants démocratiques."

Ce genre d’oxymores aussi ridicules que pathétiques.

Je ne suis pas Charlie car je ne saurais faire corps avec eux. Eux qui ont l'indécence de dire en être.

Les guerres sont toujours causées par les religions? C'est sans doute pour ça que parmi les dernières guerres flagrantes, où l'on a vu s'exercer le "droit d'ingérence" cher à Kouchner, BHL, et compagnie, les américains et leurs alliés ont massacré des peuples dirigés par des laïcs, en Irak, en Libye, tentative "momentanément" avortée en Syrie...

Quand on sait que l'état bling bling du Qatar (base américaine) continu de financer Daech, comment ne pas nuancer?
Comment ne pas demander des éclaircissements?
Faut il se contenter des voies légales et édulcorées de l'info servies par TF1, BFM TV...?

Je vomis les salauds qui ont fait ça hier, et je suis triste pour les morts et leurs familles, pour finir, je ne suis pas Charlie, mais eux sont des Charlots, eux nos pervers dirigeants, ceux qui vont nous faire tomber si bas, si bas que j'en ai le sang qui se glace...

D'accord pour avoir de la mémoire et pratiquer le recul nécessaire pour essayer de comprendre les tenants et les aboutissants des conflits qui génèrent ces assassinats. Mais alors présenter la Syrie et autres comme pays laïcs ne suffit pas. Avez-vous lu l'enquête d'Annick Cojean sur la Syrie (et la pratique des viols comme arme de guerre), et vu le documentaire "Eau argentée" ? Les démocrates pacifiques syriens ne désiraient-ils pas plus que tout être soutenus et aidés ? Nous avons heureusement la possibilité dans certains pays, comme la France, de critiquer ouvertement les pouvoirs et de nous informer de manière libre, la possibilité de ne pas être d'accord avec Charlie Hebdo et le gouvernement actuel, de ne pas être d'accord entre nous sur Praxis Negra.
avatar

Message le Sam 10 Jan - 11:27 par liveriu

Le débat semble lançé mais je crois qu'il n'a pas place ici; Praxis est un lieu d'écriture, et seuls des textes me semblent pouvoir enrichir notre réflexion et nos actes; nos sentiments, nos idées, nos visions du monde ne peuvent être exprimées ici que par de la création. Hubert l'a fait, il l'a bien fait, d'autres doivent le faire mais pour le reste, des centaines d'outils sont à notre disposition. Ne nous trompons pas de lieu, ce serait dommage pour nos affrontements à venir.
avatar

Message le Sam 10 Jan - 11:42 par Hubert Canonici

Quand Hollande parlait de combattants démocratiques il parlait notamment des combattants de L'EI, financés par les gentils démocrates occidentaux et leurs alliés (Qatar en particulier). Je ne rappellerai pas l'incroyable cynisme, l'infecte cruauté, de la deuxième guerre en Irak liée à l'hallucinante imposture des armes de destruction massive,,, et les centaines de milliers de morts qu'elles ont provoquées... je ne reviens pas sur les initiateurs et parrains de SOS racisme, comme Flicandkrot , qui expliquait à l'époque qu'il fallait faire venir plus d'étrangers, que c'était une chance pour la France, et qui explique aujourd'hui que finalement ils sont les pires problèmes.
Et l'Arabie Saoudite, grande démocratie alliée objective des USA et assimilés...
Un régime où n’existe ni parti politique, ni élection, ni Parlement autonome, ni magistrature indépendante, ni syndicat, ni organisation de défense des droits de l’être humain…

Un régime où les femmes n’ont aucun droit et où la victime d’un viol collectif est condamnée à 200 coups de fouet par le Conseil suprême de la justice saoudienne.

Un régime où le régime camouflé derrière une soi-disant « loi islamique » prescrit la peine de mort pour l’homicide, le viol, le vol à main armée, le trafic de drogue, la sorcellerie, l’adultère, la sodomie, l’homosexualité, le vol sur autoroute, le sabotage et l’apostasie.

Un régime où la décapitation au sabre des condamnés est publique dans les cours ou aux abords des mosquées les plus fréquentées, après la prière du vendredi.

Un régime où des êtres humains sont condamnés à l’amputation d’un membre ou à l’énucléation.

Un régime où les tribunaux continuent de prononcer régulièrement des peines de flagellations. En 2007, un jeune homme de 16 ans a ainsi été condamné à une peine de 14 ans de prison et de 4 000 coups de fouet (à raison de 50 par séance) parce qu’il aurait « tenu des propos contraires à la charia », au droit musulman.

Un régime où les travailleurs immigrés peuvent être détenus pendant des années sans jugement ni inculpation et ou ils sont beaucoup plus fréquemment que les Saoudiens condamnés à la décapitation, à l’amputation ou à la flagellation...
Nos grands penseurs va-t-en-guerre, comme BHL... faiseur de guerre sponsorisé, voir les événements en Lybie, Syrie...et son appel à peine voilé à une guerre mondiale contre Poutine... s'insurgent t-ils contre le régime saoudien tous ces démocrates? Non !
Bien sur que l'on bénéficie d'une liberté relative, relative, même pour Charlie Hebdo qui n'avait plus sa liberté originelle, son ton sans concessions mais sans acharnement particulier...

http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/le-dessinateur-sine-renvoye-de-charlie-hebdo_530946.html

Rien n'excuse ces salopards qui ont massacré tous ces pauvres gens pendant ces 2 jours, et l'horrible douleur qu'ils ont généré dans les familles...
Les médias ne mettent pas beaucoup de nuance dans les analyses, les dirigeants... J'ai même pas envie d'en parler, mais de leur pisser à la raie...

Liveriu, d'accord avec vous, mais je me suis fait chier à pondre ce texte, je le laisse au moins un peu, je le retirerai, je pense que globalement on est tous d'accord, avec des formes différentes, je pense que les nerfs sont un peu à vif, fin de l'émission ....
avatar

Message le Sam 10 Jan - 12:33 par liveriu

A quoi bon Charlie ?

Dans la société du spectacle, l’image et le slogan sont le seul discours. C’est ce que se disait Antoine en zappant les sites divers où l’on parlait de l’événement. Il avait débranché sa télé, éteint son poste de radio, et il ne passait plus devant son écran que deux fois par jour, cela faisait longtemps qu’il avait arrêté de regarder la presse, dont le narcissisme le gonflait et la dont l’autocélébration des débiles en image l’importunait.
On avait tué on ne savait combien de personnes au nom d’une spiritualité mortifère, et les assassins paraissaient heureux d’avoir accompli leur destin, ce qui insupportait Antoine, car lui-même étant un assassin, il savait combien tuer est douloureux et dérangeant. C’est pourquoi il avait choisi de rester chez lui et de prendre son temps en réfléchissant à la meilleure façon d’être lui-même dans un monde désormais entré dans une spirale d’émotions impudiques et de récupérations politiciennes. Il s’était rendu compte d’une chose incroyable : les médias étaient remplis de photos des assassins, et pas un support, pas un écran n’avait pris la peine de présenter tous les portraits des victimes, seuls quelques-uns, médiatiquement célèbres, avaient droit au mouvement répétitif de la présentation de leurs gueules, comme s’il y avait de bons morts, et d’autres sans importance.
Antoine lui ne s’intéressait qu’aux êtres sans importance. Les vedettes il s’en foutait, il les ignorait même totalement, car ce n’étaient à ses yeux que des avatars, des images vivantes des idées reçues, des idées phares et creuses du monde qu’il souhaitait seulement habiter en pratiquant son métier de meurtrier. Il avait regardé d’un œil effondré un cortège hurlant de jeunes lycéens se déverser sur l’avenue sans savoir crier autre chose que des slogans issus du syndicalisme le plus routinier, et cela l’avait profondément indisposé de voir ces jeunes gens entrer sans hésiter dans le monde du spectacle, dans l’univers du mensonge et du faux-semblant.
Assis devant sa cheminée qu’il remuait distraitement, il pensait. Il pensait aux morts, aux inconnus, aux disparus, aux victimes oubliées de toutes les institutions, de tous les médias, de toutes les consciences. Il pensait à ses morts, jamais retrouvés, jamais découverts, qui étaient enterrés dans les différents lieux où il avait procédé. Il pensait que vivre ainsi en parallèle du monde qui croyait être le seul monde était une force, mais il savait aussi que c’était sa faiblesse, car ses morts à lui n’intéresseraient jamais personne, puisqu’ils étaient seulement disparus parce que lui l’avait voulu ; et cette distorsion entre les siens et les autres lui faisait mal, et le confortait en même temps dans ses objectifs.
Antoine n’était pas philosophe, il regrettait parfois d’avoir brûlé tous les livres de sagesse qu’il avait pu se procurer au cours de ses divers déplacements dans le monde des autres. Car il se disait qu’une relecture pourrait peut-être l’aider à mieux vivre ces idées contraires, mais en même temps, ce matin-là, il était content de les avoir brûlés, il était content de ne pas chercher des mots pour masquer ses faiblesses, pour guérir ses hésitations. Il remuait son feu en soupirant et en cherchant comment faire pour accomplir correctement son métier et il ne trouvait pas de solution, il ne trouvait pas de scénario.
Et c’est alors qu’il prit une décision. Antoine, paisiblement, ouvrit son armoire, se saisit de son révolver, sortit sur le devant de sa petite maison campagnarde d’où il aimait regarder le monde se faire sans les hommes et malgré les hommes, et pour saluer tous ces morts des autres dont les autres se foutaient, il se planta droit vers le soleil, leva son bras, et vida son chargeur vers le ciel en hommage à tous ces êtres qui venaient de rejoindre les siens dans l’anonymat absolu d’une disparition sans mémoire.
avatar

Message le Sam 10 Jan - 15:22 par Dominique Giudicelli

Je partage la position de Liveriu : ne faisons pas de Praxis Negra un lieu de débat autre que littéraire, même au risque de rester en marge du monde. Evidemment, chacun est libre de nourrir sa création littéraire de ce qui l'anime ou le bouleverse. Mais il est important de rester dans le champs de la littérature et de montrer, pour ceux qui savent le faire, comment la création et l'imaginaire peuvent transcender l'émotion violente et l'horreur dans laquelle tout à coup on se trouve à patauger.

Praxis Negra n'a pas vocation à censurer, mais je compte sur chacun pour se souvenir que c'est avant tout un lieu d'expression littéraire.

Message le Sam 10 Jan - 22:15 par FXR

Bien, Hubert, j'ai pris votre message pour un article d'opinion assumé comme tel, et non comme un texte littéraire.
Un point de cet article en particulier m'a fait réagir. J'ai cru bon d'y faire écho de la même façon. Visiblement, je me suis trompé.
Comme je n'ai pas eu de réponse à ma question, je vous recommande de voir le documentaire "Eau argentée" (qui ne dit certainement pas tout de la réalité syrienne, j'en conviens).
Je ne crois pas détenir tout seul la vérité (j'ai donc reçu avec gratitude toute information concernant l'Arabie Saoudite et le Qatar).
Je sais combien il est difficile d'organiser le débat, et puisque ce n'est pas le lieu d'avoir ce débat, je me conforme aux demandes
de Livieru et Dominique Giudicelli, je mets fin à ma participation à celui-ci.

Une prochaine fois, merci de me répondre en vous adressant à moi.

François-Xavier Renucci
avatar

Message le Dim 11 Jan - 0:43 par Hubert Canonici

Merci François-Xavier, le débat, s'il est bienveillant, est constructif.
Je n'ai pas envie de polémiquer ni de convaincre, de plus, on est sur un forum littéraire - je ne pense pas que la Syrie de Bachar soit un paradis, je ne suis pas naïf - je me pose des questions sur la géopolitique et l'avenir de ce monde - sur le pillage en règle, par l'Occident, des pays "pauvres" (plus riches en ressources naturelles) serions-nous satisfaits de subir la même chose?
Je ne pense pas que la tournure des evenements mondiaux dépende d'une fatalité macabre ou d'un mauvais sort. Quand des banquiers décident de faire monter le cours du riz, entraînant la famine et la mort pour 250 millions de pauvres, ça m'interpelle - du coup, la liberté (tant vénérée par chez nous)
dans des bureaux climatisés, me laisse froid...
Je me pose des questions sur le fait que des milliers de musulmans français partent sur les conflits (Irak, Syrie...) et reviennent comme les fleurs au printemps.
Je vois dans le discours des élites beaucoup d'ambiguïtés, les mêmes qui vantaient le bénéfice de l'arrivée des gentils arabes stigmatisent aujourd'hui les affreux musulmans...
Enfin, le sujet est si vaste que ça m'use...
Donc, je jète l'éponge, et j'ai une pensée pour tous les morts, ici, et ailleurs...
avatar

Message le Dim 11 Jan - 14:17 par Marco B

Moi je suis Charlie.

Parce qu'au moment où des millions de personnes en France et dans le monde sont Charlie, je ne crois pas que ce soit juste pour se positionner face à des manipulations inévitables ou des querelles sémantiques, ou encore ce qu'on pense chacun du détail des choses et des contradictions qui - inévitablement - apparaissent dans une mobilisation d'échelle mondiale.

C'est peut-être pas le lieu du débat mais il a déjà commencé, apparemment.

Alors moi je suis Charlie, parce qu'au delà du fait que je ne lisais pas Charlie, et que souvent ils me gonflaient, l'assassinat de créateurs, de bonnes personnes, ne me laissera jamais aux marges. Et je suis Charlie sans me laisser manipuler par qui que ce soit, parce que le massacre des innocents prime sur mes états d'âme ou mes malaises ponctuels à me positionner.

Je suis Charlie, mais je suis Juif aussi, et je suis Musulman, je suis un Citoyen Libre, et je suis un Innocent. Et si on me tue un jour uniquement parce que j'ai été ça, ça me ferait chier qu'on vienne dire je suis pas Lui. Mais chacun fait ce qu'il veut à vrai dire.

Je suis aussi Charlie sans préjuger de ce qu'en auraient pensé les dessinateurs qui ont été tués. Parce que je n'en sais rien, et que ce slogan dépasse à mon avis cette question. Et même je ne comprends pas bien qu'il faille ergoter à ce point autour d'un cri de ralliement qui moi me semble évident. Comme si c'était ça le débat. Mais bon.

Enfin voilà, c'est mon point de vue, que je n'étendrai pas à l'infini, puisque ce blog est d'abord littéraire, mais je pense moi que la littérature peut prendre bien des formes. Donc voici la mienne.

Après, oui, les polémiques, l'indécence, les manipulations, tout ça existe, on n'y peut rien. Les mises au point et les prises de position intelligentes, à mon avis, elles s'expriment avec un peu de recul. Difficile de dire là qu'on est déjà après l'émotion.

avatar

Message le Dim 11 Jan - 16:32 par Hubert Canonici

Au fait, Liveriu, j'ai tardé mais je tiens à commenter votre bienfaisante contribution, avec votre style inimitable, et une chute à suspens, une chute qui m'a fait rire comme quand j'étais gamin, merci...
avatar

Message le Dim 11 Jan - 16:35 par liveriu

cher Hubert, si j'ai réussi à vous faire rire au milieu de vos idées noires, j'en suis heureux. j'ai surtout voulu montrer que l'écriture est plus forte que la saloperie voire même que l'écriture est plus forte que les débats qui ne font que commencer. amitiés
avatar

Message le Dim 11 Jan - 16:43 par Hubert Canonici

Merci Liveriu, je suis d'accord avec vous, l'écriture est bien plus saine, bien plus humaine et honnête, c'est vrai que mon horizon est un mur de nuages noirs ces temps ci, lire des textes ici et en écrire participe à y créer des trouées lumineuses, amitiés.
avatar

Message le Dim 11 Jan - 22:33 par Dominique Giudicelli

J'ai attendu que les huiles grasses quittent le cortège, et j'y suis allée. J'ai rejoint un million et demi de personnes pacifiques et sereines, aussi contentes que moi d'être là, sans rien craindre les unes des autres, pour représenter une certaine idée du "vivre ensemble et en liberté". J'ai fait abstraction des Marseillaises un peu incongrues au milieu des couv de Charlie hebdo, et j'ai marché, main dans la main avec mon fils jusqu'à la place de la Nation. Et là, j'ai vu arriver une Marianne de 5 mètres de haut, maigre comme un spectre, blanche comme la colère, une balle dans la tête et un poignard à la main. Elle dansait au son d'un orchestre de percussions orientales, et devant une magnifique bannière qui disait gravement : "Abajo la Muerte", A bas la Mort... Alors je me suis mise sous la bannière et j'ai défilé avec la sensation enivrante d'être parfaitement à ma place. La Marianne et les rythmes m'étaient familiers, ils me faisaient penser au théâtre du Soleil et aux spectacles merveilleux d'Ariane Mnouchkine. C'était bien eux. Il fallait des artistes pour dépasser l'émotion immédiate et les slogans évidents, et dire l'essentiel : Daesh et tous les autres nazislamistes, c'est le culte de la mort, la haine de la vie, de la beauté, de l'intelligence, de la curiosité ; de la culture en un mot. Marianne n'était pas la figure de la nation française, elle était celle de la Révolution, de la révolte contre l'oppression de l'époque, de l'aspiration à la LIBERTE de penser, de parler, d'agir sans crainte, pour tous et en particulier pour les artistes. Le sort des femmes et celui des artistes sont des baromètres infaillibles pour mesurer le climat de bonheur qui règne dans une société. Si je savais dessiner, je dessinerais un résumé de ce qui, selon moi, s'oppose le plus clairement à l'obscurantisme : un crayon blanc traçant les courbes d'une femme nue sur le voile noir d'un niqab.
avatar

Message le Lun 12 Jan - 10:57 par Karlheinz L.K.

Un beau texte, une belle façon de prendre part au débat.

Tous les espaces, de toutes les façons possibles, doivent être investis, et c'est ce que vous avez tous fait ici, chacun à sa manière, et c'est très bien comme ça.

Je suis un con
Je suis faible
Je suis KLK

Je suis de la poussière
Je suis des mots
Je suis perdu

Je suis en colère
Je suis calme
Je suis fou

Je suis vide
Je suis lourd
Je suis une coquille

Je suis Charlie
Je suis Charlie
Je suis Charlie

Je ne suis pas toi
Je ne suis pas croyant
Je ne suis pas non-croyant

Je ne suis pas respectueux
Je ne suis pas gentils
Je ne suis pas méchant

Je ne suis pas violent
Je ne suis pas lâche
Je ne suis pas fort

Je ne suis pas découragé
Je ne suis pas résigné
Je ne suis pas fatigué

Je suis Charlie
Je suis Charlie
Je suis Charlie

Je n'ai pas à justifier pourquoi je suis amoureux
Je n'ai pas à justifier pourquoi je ne t'aime pas
Je n'ai pas à justifier mon amitié
Je n'ai pas à justifier ma méfiance

Je suis humain
Trop humain
Je suis 1/6.000.000.000èm
De cette humanité
Une chiure
Une vie

Je suis Charlie.
avatar

Message le Lun 12 Jan - 11:14 par Dominique Giudicelli

Chouette chiure...
Quant à mon texte, non, il n'est pas très bon. Je l'ai partagé juste parce que j'avais envie de dire que l'essentiel de ce qui est en jeu, et pas seulement au moment où se commettent des crimes insupportables, mais chaque jour, et dans chacun de nos actes, c'est le choix entre le culte de la mort ou celui de la vie. Mon seul culte, c'est celui de la Vie et je pense profondément que toute religion digne de ce beau nom ("Religere", relier ou "Relegere", relire) s'en réclame exclusivement ; les autres, et elles peuvent être laïques, ne sont que des sectes ("Sectare", couper, diviser) cherchant les moyens d'asservir et de régner sur leur adeptes.
avatar

Message le Lun 12 Jan - 18:20 par liveriu

Dominique Giudicelli a écrit:Chouette chiure...
Quant à mon texte, non, il n'est pas très bon. Je l'ai partagé juste parce que j'avais envie de dire que l'essentiel de ce qui est en jeu, et pas seulement au moment où se commettent des crimes insupportables, mais chaque jour, et dans chacun de nos actes, c'est le choix entre le culte de la mort ou celui de la vie. Mon seul culte, c'est celui de la Vie et je pense profondément que toute religion digne de ce beau nom ("Religere", relier ou "Relegere", relire) s'en réclame exclusivement ; les autres, et elles peuvent être laïques, ne sont que des sectes ("Sectare", couper, diviser) cherchant les moyens d'asservir et de régner sur leur adeptes.
C'est pas grave que le texte soit brut d'accouchement, par contre le coup de la Marianne revisitée ça c'est fumant et ça enterre pour longtemps tous les affreux qui ont crié naguère "viva la muerte !" et cela enterre aussi tous leurs sinistres successeurs.
avatar

Message le Lun 12 Jan - 19:22 par Dominique Giudicelli

Oui, hein Liveriu, c'est beau ! Il fallait le voir, le vivre de près. Dans la nuit, au milieu de la foule et des battements de tambours. Grande force d'émotion. C'est cela l'art, la culture, l'intelligence : faire des liens, au lieu de couper dans le vif. Ça porte, ça souffle la vie, ça fait se sentir vivant et bon... Voilà ce que détestent les légions d'Orcus.



avatar

Message le Lun 12 Jan - 23:03 par Sylvie Viallefond

Votre texte est très beau Dominique et vous nous faites ressentir la puissance de cette performance à l'intérieur de ce rassemblement calme de gens littéralement sonnés.
avatar

Message le Lun 12 Jan - 23:27 par Dominique Giudicelli

Meri Sylvie, et merci Klein et Liveriu pour votre bienveillance...
avatar

Message le Mar 13 Jan - 14:40 par Hubert Canonici

L'atmosphère est légère, duveteuse.
La lumière fantastiquement belle et apaisante. Nos hommes, collègues de boulot et amis dans la vie, se retrouvent unis dans la mort. Ils ont des "mines" réjouies, même s'ils se demandent pour l'instant ce qu'ils foutent là !

CHARB
Qu'est-ce que tu fous !

CABU
J'essuie Charlie ! Des connards lui ont gerbé dessus !
Putain regardez ! Y a Choron !

Ils rient tous comme des gamins.

WOLINSKI
Putain, t'étais pas mort?

Ils l'enlacent tous.

CHORON
Les cons ! Je suis mort, vous aussi !

TIGNIOUS
C'est pour ça que tu fous ta bite dans du champagne? Pour fêter ça?

CHORON
Putain les mecs, si vous saviez ! J'croyais que les anges n'avaient pas de sexe ! Y a des gueules ouvertes ici, comme des gargouilles; mais elles sucent, elles ! AHAHAH !

WOLINSKI
Regarde moi ce canon ! Putain elle a un string sous la burqa, quel cul ! Je n'ai plus de rhumatismes et je bande comme à vingt ans, quel pied !

CHORON
Bon, vous pourrez la tirer plus tards ! Venez voir, on va rigoler un coup ! Ça défile en votre honneur en bas !

CABU (une larme à l'œil)
Ça fait quelque chose !

TINIOUS
Quelle foule, c'est pas croyable ! Ils sont là pour nous !

CHORON
Oui ! Le monde entier parle de vous ! Putain, vous avez fait fort comme coup d'pub !

CHARB
T'es toujours aussi con, Choron ! AHAHAH !

HONORÉ
C'est pas vrai ! Regardez-moi cette belle brochette de chefs d'états ! C'est pas possible ! AHAHAH !

CABU
On dirait nos dessins qui marchent !

CHARB
Je suis sur que nos potes, en bas, vont se régaler à crayonner tout ça !

WOLINSKI
C'est incroyable, c'est pour nous qu'ils marchent, des dictateurs, des assassins ! Un con ça ose tout, c'est même à ça qu'on l'reconnait ! Il avait pas tort Audiard !

CHORON
Ils applaudissent les flics ! Putain, les temps changent !

CABU
Y a les sincères, la majorité, et les pleureuses d'états, l'oignon fait la farce !

CHARB
J'ai de la peine pour les nôtres en bas !

TIGNOUS
Tué par des cons ! C'est fou, je ne ressens ni haine ni regrets ! Je suis serein !

CHORON
Vous verrez ! Ici c'est un pied permanent! En bas, ça a toujours été le merdier, même si on a bien rigolé !

HONORÉ
Dis-moi Choron? Ils vont où les tueurs ?

CHORON
J'en sais rien ! Sûrement se faire enculer ! AHAHAH !
Allez venez ! On va rejoindre le reste de la bande, y a Cavanna...
avatar

Message le Mar 13 Jan - 17:22 par Karlheinz L.K.

Quand j'étais gosse, j'étais fan du Professeur Choron, et personne autour de moi ne comprenait ça ! Trop petit pour pouvoir acheter l'Echo de savanes, je le feuilletais en cachette chez le buraliste. Dans un autre genre, mais pas si lointain, mon grand frère arrivait à acheter Métal Hurlant, quel pied, de la SF, de l'aventure, du dessin, et ... des culs, même les robots avaient des culs et des seins !!

Bel hommage à Choron, Cavanna et toute la bande Hubert.

Message  par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû - 20:10