Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Sujet imposé : la colère

Partagez

Dominique Giudicelli
Admin

Messages : 397
Date d'inscription : 28/02/2014
22122014

Sujet imposé : la colère

Message par Dominique Giudicelli

Nous avons jusqu'à la fin de l'année pour dévaster le monde de notre colère. Ou nous faire pardonner ce péché... ?
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Message le Dim 11 Jan - 21:51 par Francesca


mille fois pardon. J'avais bien une histoire sur le feu mais les événements m'ont bouleversée et je n'avais plus la tête à écrire. Faites ce que vous devez faire... désolée, vraiment.

Message le Dim 11 Jan - 22:35 par Dominique Giudicelli

Bon, donc aux urnes Praxisnegrains...

Je vous rappelle que le vainqueur choisira le thème du prochain sujet imposé !

Message le Lun 12 Jan - 10:41 par Karlheinz L.K.

1.Jo Antonetti, « Ma eranu troppu chjuchi per capì, eranu troppu chjuchi per sparte a so zerga, a so inghjulia dinù di perde una à una tutte e so illusioni. »

2.Liveriu, « Or tout le monde le sait les décisions des lâches ne sont jamais de bonnes décisions, et donc l’abruti impuissant, dont la moiteur du corps commençait à être perçue à l’extérieur (ça c’est juste pour dire qu’il puait parce qu’il s’était fait dessus) »

3.Sylvie Fiallefond, « Le teint laiteux des gens qui dorment pour tout loisir, se reposent et s’économisent pour durer, continuer à faire chier le plus longtemps possible »


Message le Lun 12 Jan - 11:35 par Dominique Giudicelli

1-KLK : "Quand mon volcan sera éteint, que nous aurons, toi et moi, disparu des mémoires, alors, ma colère sera tarie et l'humanité pourra vivre dans la lumière, loin de l'ombre de nos crimes."
2-Joseph : "Vulia pienghje ellu dinù. Vulia stringhje i so ciucci, li vulia specà chì Babbu Natale ùn ci n’era, in tutti i casi micca per elli, micca per i disgraziati, quelli chì nimu ùn vede, quelli chì nimu difende."
3-Liveriu "Et ce fut une erreur, et ce fut une faute, car comme l’eau en crue, il ne faut jamais rompre le cheminement d’une foule silencieuse, suivant de sa démarche d’ourson alcoolique plusieurs rangées de poussette vides. "

Message le Lun 12 Jan - 13:06 par Hubert Canonici

Comme je l'avais dit, tous les textes me plaisent.

1.Jo Antonetti

2.Liveriu & Karl

3.Sylvie & Lovichi

Message le Lun 12 Jan - 18:10 par Marco B

1. Antonetti.

2. KLK

3. Liveriu.

Message le Lun 12 Jan - 18:17 par liveriu

1- Lovichi
2- Karl
3- Sylvie
et pardon pour le retard, j'ai été retenu sur un autre canal.

Message le Lun 12 Jan - 22:24 par Joseph Antonetti

1 karl. 2 Sylvie. 3 livieru

Message le Lun 12 Jan - 22:55 par Sylvie Viallefond

1- Lovichi
2- Karlheinz
3- Liveriu

Message le Lun 12 Jan - 23:32 par Dominique Giudicelli

On vote encore demain et puis j'annonce les résultats.

Message le Mar 13 Jan - 0:25 par lovichi

Cinq hommes et une femme en colère !
Nous n'avons pas réussi à rassembler de jury sur un sujet qui s'est avéré, hélas, plus que d'actualité !
Chaque texte a comme toujours sa tonalité et son originalité, si bien qu'il est difficile de les ordonner...
Mais voilà mon classement :

1/ Sylvie pour son humanité
2/ Liveriu pour son style et son rythme
3/ Antonetti, pour sa rage... et aussi pour avoir eu le plaisir de lire notre belle langue !

Message le Mer 14 Jan - 12:04 par Dominique Giudicelli

C'est le moment des résultats ! Notre grand gagnant est cette fois-ci.... le plus féroce, le plus forcené, le plus colérique... KARLHEINZ !

Il gagne le droit de nous faire trimer sur le sujet de son choix !

Bravo à lui et à tous les participants.

Message le Mer 14 Jan - 12:43 par Hubert Canonici

Bravo Highlander Karl...Dans le concours, il ne peut en rester qu'un, chaque fois c'est Karl...
Bravo Lady pour ce relooking extrême, très beau travail...

Message le Mer 14 Jan - 14:03 par Karlheinz L.K.

Merci, je vais finir par lasser... Very Happy

Mon texte n'était pas si féroce, mais il pourrait être une illustration, une réponse à ce qui s'est passé quelques jours après sa rédaction. La question de Dieu et de la liberté des hommes.

Concours très serré, le souffle de Jo et de Liveriu sur la nuque, en d'autres lieux cela m'aurait horrifié, ici j'en suis flatté !


Dernière édition par Karlheinz L.K. le Mer 14 Jan - 14:21, édité 1 fois

Message le Mer 14 Jan - 14:15 par liveriu

Eh bien voilà ! et dire qu'il hésitait ce bougre ! merci pour vos votes mais surtout félicitations à l'être méphitique dont les vapeurs sont plus puissantes que la nocivité de mon souffle ! et nous allons bien voir ce qu'il va nous concocter comme thème !

Message le Mer 14 Jan - 14:26 par lovichi

Bravo !! Texte très prophétique effectivement !

En attente du prochain sujet !!


Message le Mer 14 Jan - 20:08 par Dominique Giudicelli

Le gagnant est cette fois-ci Karlheinz !

Et voici son texte, tout empreint d'une formidable colère blasphématoire...


Fatherfucker

11.« Désormais, tu es maudit, chassé loin du sol qui s'est entrouvert pour boire le sang de ton frère versé par ta main
12.Quand tu cultiveras le sol, il ne te donnera plus toutes ses ressources. Tu seras errant et vagabond sur la terre.»

Je suis le premier fils de l'homme, celui qui naquit de l'union des corps, mâle et femelle enlacés, copulation originelle, orgasme fondateur. Ceci est ma faute. Il lui en fallait une, un prétexte, ce fût moi.

Mon père n'est rien, un prétexte lui aussi. C'est mon Grand-Père qui tire les ficelles, qui les a toujours tirées. De sa colère l’Éternel Dieu a banni mon père et ma mère, de sa colère il m'a condamné à la souffrance et de sa colère est née ma colère.

Abel, mon frère, mon bras a été armé par celui-là même qui prétend aujourd'hui te venger. J'ai été instrumentalisé, j'ai été faible. Ceci est ma vraie faute. Il savait, comme si tout avait déjà été écrit, et je suis tombé dans le piège. Je ne te demande pas pardon, je suis coupable, je veux juste que tu saches.

3.Au bout de quelque temps, Caïn fit une offrande des produits de la terre à l’Éternel.
4.De son côté, Abel en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L’Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande,
5.mais pas sur Caïn et sur son offrande.

J'étais un fils attentionné, c'est moi qui le premier offrit à l’Éternel ce que j'avais de meilleur, mais c'est toi qui eu droit à son regard. Il avait déjà choisi. Ô Abel mon frère, nous aurions dû nous unir et le défier, mais comment aurions-nous pu imaginer que l’Éternel fût plus malin que le Malin ? Je le sais aujourd'hui, l’Éternel et le Malin ne font qu'un, encore une de ses farces. Les plus serviles parmi le troupeau des hommes m'ont jugé, ont affirmé que j'avais été mis à l'épreuve et que j'avais failli. Bêtise ! Comment jouer ainsi avec la vie, celle de ses enfants ? Je te hais Éternel Malin, tu es lâche, tu refuses d'assumer ton crime, et cette colère qui me vrille les intestins c'est la tienne, c'est l'héritage que tu m'as inoculé. Réduit à la condition d'animal, marqué comme du bétail, voilà comment tu traites tes enfants. Je te hais.

Tu te fais appeler le Créateur, mégalomane suprême tu n'es qu'un créateur de misère. Ma colère ne peut être apaisée et nous nous retrouverons sur tes terres, dans ton Royaume d'infinie, quelque part entre rien et rien, et alors, du haut de ton arrogance tu joueras les magnanimes, tu m'ouvriras les bras pour me donner le baiser du pardon, comble du cynisme, et à ce moment là, au sommet de ta suffisance je planterai mes crocs dans ta gorge pour t'étouffer et boire ton sang, et je prendrais mon temps pour te regarder crever comme j'ai regardé crever Abel.

Il ne me restera plus alors qu'à faire usage une dernière fois de ma colère, la retourner contre moi, car ta mort seule ne peut suffire à m'apaiser. A t-on jamais vu un déluge éteindre un volcan ? Le volcan doit s'épuiser seul, cracher sa flamme jusqu'à extinction. Quand mon volcan sera éteint, que nous aurons, toi et moi, disparu des mémoires, alors, ma colère sera tarie et l'humanité pourra vivre dans la lumière, loin de l'ombre de nos crimes.

Message Aujourd'hui à 23:10 par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 18 Jan - 23:10