Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Sujet imposé : "Au début était le V...", par Pierre Savalli

Partagez
avatar
Dominique Giudicelli
Admin

Messages : 397
Date d'inscription : 28/02/2014
14092014

Sujet imposé : "Au début était le V...", par Pierre Savalli

Message par Dominique Giudicelli

Au début était le V., par Pierre Savalli



Au début était le V. Le V de la victoire. Nous étions tous bras tendu, les doigts en ciseaux, fiers et heureux. Nous avions gagné. Ce V marquait le début d'une nouvelle ère, d'un nouvel âge. Deux belles cuisses écartées, laissant entrevoir ce que nous avions toujours voulu voir, voilà ce que cet index et ce majeur symbolisaient. Tout devenait possible. Sur tous les murs de la ville des V de tous styles et de toutes tailles s'affichaient, la victoire partout.

Il ne faisaient pas bon être un des perdants. Bien sûr, ils se gardaient bien de taguer partout des D de la défaite, on ne revendique pas ses échecs. Mais... peut-être aurait-il mieux valu, peut-être aurions-nous été plus vigilants. Nargué, humilié, raillé, molesté, méprisé. Le perdant se tait, il n'a pas d'autre choix, et où qu'il tourne la tête, un V lui répond : « tu l'as dans le cul mon garçon ! » ; alors il courbe l'échine, regarde le sol et rumine sa rage. Bouffer du V n'est pas conseillé, nous le savons désormais.

Lorsque le vent tourna, qu'ils eurent assez ruminé, ils prirent leur revanche. Nous étions si bien au creux de nos V que nous ne vîmes rien venir. Laminés. Il ne restait plus que le V des vaincus, partout, et où que nous portions notre regard, un V nous répondait : « tu l'as dans le cul mon garçon ! ».

A la fin était le V. Le V des vaincus. Ils nous faisaient défilés, bras tendu, les doigts en ciseaux, honteux et malheureux. Nous avions perdu. Ce V marquait la fin de notre ère, de notre âge. Deux hideuses cuisses écartées, laissant entrevoir ce qu'aucun de nous n'aurait jamais voulu voir, voilà ce que cet index et ce majeur symbolisaient. Tout devenait impossible. Sur les murs de la ville des V de tous styles et de toutes tailles s'affichaient, vaincus partout.
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Dim 14 Sep - 21:03 par Hubert Canonici

Félicitations au Vainqueur!
avatar

Message le Dim 14 Sep - 23:52 par Marco B

J'arrive après la bataille, mais bravo à Karl, c'est vrai qu'il est bien son texte !

Le V des vaincus... c'est quelque chose qu'il faut garder, précieusement, dans un recoin de la conscience.
avatar

Message le Lun 15 Sep - 11:28 par EV

Je n'aurais pas mieux dit qu'Hubert. Bravo !  cheers
avatar

Message le Lun 15 Sep - 12:17 par Karlheinz L.K.

J'ai jamais aimé le vainqueurs, les gagnants... Je me joue d'eux, et... c'est moi qui gagne !!

Merci à tous pour vos votes, ce qui m'a fait particulièrement plaisir c'est d'être cité par tous les votants Smile

Message  par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 24 Oct - 13:13