Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Rédemption (Pierre Savalli)

Partagez
avatar
Karlheinz L.K.

Messages : 151
Date d'inscription : 28/02/2014
Localisation : Bastia
04042014

Rédemption (Pierre Savalli)

Message par Karlheinz L.K.

Titre partiellement volé à JYA (mais au singulier), petit poème sur l'utilité des chiens qui aboient dans la nuit et dont la capacité à briser le sommeil et les songes des biens dormants est souvent négligée.



Rédemption

Affligeante plainte de l'esclave,
Trop malheureux d'avoir perdu sa laisse.

Il crie dans la nuit, comme un idiot,
Il n'en sera pas plus aimé.
S'il passe sous ma fenêtre,
Je lui jette la première,
Ils attentent, tous,
Pour jeter la deuxième,
Et ce connard qui crie !

Il crie dans la nuit, comme un fou,
C'est notre Sauveur, le Rédempteur !
S'il meurt sous ma fenêtre,
Il ne me restera que mon miroir.
Et ils espèrent, tous,
Que le spectacle continue.
Et ce pauvre fou qui crie !

Affligeante plainte de l'esclave,
Trop malheureux d'avoir perdu sa laisse.

Il hurle dans la nuit, comme un chien,
Mais c'est ma voix que j'entends,
J'ai déjà reçu la première pierre
Et beaucoup d'autres derrière,
Et ils attendent, tous,
Que je crie !

C'est l'affligeante plainte de l'esclave,
Qui aspire les âmes vides,
Mais le puits perdu déborde,
Plus qu'une pierre,
Et exploser.


Pierre Savalli

Illustration : Les Bateliers de la Volga, Ilya Repine, 1870-1873.
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Lun 7 Avr - 11:36 par Dominique Giudicelli

Le monde selon Karlheinz est un désert peuplé de chiens, esclaves de hyènes sardoniques. C'est insupportable, sauf dans ses poèmes qui martèlent ce qui nous scandalisent et nous soulagent de la rage.

Rythmé, imagé, concentré : un cri contenu.

    La date/heure actuelle est Mar 23 Mai - 3:06