Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Nativu (Stefanu Cesari)

Partagez
avatar
Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
03042014

Nativu (Stefanu Cesari)

Message par Marco B

Hè unu strattu d'un' opara in cursu di scrittura (Quadernu Indivisu), cù Stefanu Cesari à a scrittura. S'intitulighja Nativu...




Lampu un ochji à traversu à a vitrata. U celi hè turchinu lisciu, u mari culandi guasgi neru, induvinemu à u so culori chì l’acqua hè ghjacciata, ancu s’è no semu d’istatina.
U ventu hà puri arrutatu tuttu, a luci, i cuntorna
Femu attinzioni
Indo ch’e no punimu u sguardu, puri a mani.

U prisenti pari assulutu. Avali.

U me babbu hè un tarcanu, ci riesci à andà sin’à u scoddu culà natendu, duva ci so’ i pontichi tamanti, hè veramenti à luntanu. E mi dici : dui tavuli suffalati, u rondu d’un vechju focu, è basta.

U vicu st’isulottu da u quatresimu pianu di l’appartamentu, ancu s’idd’ ani custruitu una rangata d’immobuli, di risturanti è di caffè. Tempu passendu, ùn mi n’invengu più com’ era nanzi, quand’e no vidiamu u portu. L’acqua avanzaia di più mi pari, ùn era ch’è una marina tamanta pien’ à zinzala chì ci manghjaiani vivi tutti i quattordici luddu, hè po’ quì ch’è no staiamu. Unu spaziu strintu à campà, prestu sò i salini, prestu a campagna, a suara è a so tampa à millioni tutt’ i sett’ anni, un veru Asempiu d’un’ Apucalissi. L’eucalipitu, maiori ch’idd’ hè, à i so peda u padolu è a frebba rimastucata da i vechji chì s’ammerdani. I chjosa di tarabucciulu
à vista d’ochja
com’è ‘n quiddi loca ndu ci stani i morti.

U me babbu nata sin’à u scoddu pà imprissiunà a me mamma, ùn la socu s’iddu li porta calcosa, una prova una cunchiglia una muneta l’acqua in bucca o nudda
U cori batti prufundu, hè di quissa  ch’è no dimu
D’un parlà
Prufundu.

A boci cala nant’à una canzona
Calcosa trimulighja in bucca
D’essa palisatu

A seguita, ùn la cunnoscu micca, ci hè una razza di biotu in a stodia, ùn ci vol’ micca à dumandà hè cussì ùn la socu micca veramenti qual ‘ddi sò
St’ omu musculatu è a donna chì u voli bè.
Quì, saria, par mè com’è par d’altri
Un sicretu capitali. U sicretu di nanz’ à no
Dui chi si figurighjani, un focu spintu in a notti, quissu di l’intinzioni cuparti.
Eccu.
A pussibiltà d’una stodia chì dormi quì, ch’idda dormi, puri, in a so tarra.
Lachemula, vicin’à u mari.


Mi conti a to ghjuvantù i nàccari davanti à i scoddi, manenti à u bordu. Si pudia plunsgià par coddali senza sforzi. Si vindiani à i turisti di passaghju, ùn ci n’era tantu. Paria un paesu à principiu ‘llu mondu, è purtantu, ghjà dommu, mi conti
U mari, ci richjaraia da a stancaghjina com’è i cavadda. A sciuma hè un balsamu pa’ u corpu frustu, d’avè scaricatu tutt’ a ghjurnata i batella vinuti da u cuntinenti, è livatu u suvaru malgartu i furmiculi russi. Una siconda peddi di lutu chi si sfassa in l’acqua, a brusgiatura di u sali a rimpiazza
è a carta di u celi
scritta nant’à i visi à a longa, u soli
cintrali

u surrisu ‘lli bardona


*


dopu à l’abbrucata, circarè, ma induva ? a friscura è una mani bianca à stringhja.
S’e tu a trovi, s’hà da ritirà, presta
bella.

Com’è un fantasmu,

ma u fattu si stà

ssa stodia ùn asisti.


Stefanu Cesari


Illustrazioni : Henry Fuseli, Prospero, Caliban è Miranda in a Timpesta, 1825.

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Lun 7 Avr - 12:20 par Marco B

Par exemple, moins de 60 vues pour ce texte, je trouve que c'est trop peu !

Je rêve d'un livre de Cesari sur ce ton, plus direct, même si j'adore le reste de sa poésie plus abstraite et mystérieuse.

Là, il y a quelque chose de tout aussi intimiste, et singulier, mais en même temps on entre dans la chronique, le souvenir à vif, la fresque.

Avec une langue d'orfèvre, populaire, mais poétique et envoûtante. C'est plus qu'une langue, c'est une voix.

Une question cependant : nàccari o gnàccari ? Par mè hè a siconda valèvuli.
avatar

Message le Lun 7 Avr - 14:37 par Karlheinz L.K.

Tu peux compter au moins 3 ou 4 "vus" pour moi.... Mais je crois que je vais imprimer, parce que là, j'ai besoin de me plonger dedans avec lenteur et un bon dico !! Je n’exclue pas d'agresser l'auteur dans un couloir...  Twisted Evil 

A ce propos, pourquoi notre homme ne publie t-il pas lui même ses textes ??
avatar

Message le Lun 7 Avr - 16:57 par Marco B

Karlheinz L.K. a écrit:Tu peux compter au moins 3 ou 4 "vus" pour moi.... Mais je crois que je vais imprimer, parce que là, j'ai besoin de me plonger dedans avec lenteur et un bon dico !! Je n’exclue pas d'agresser l'auteur dans un couloir...  Twisted Evil 

A ce propos, pourquoi notre homme ne publie t-il pas lui même ses textes ??

Excellente question !  Very Happy 
avatar

Message le Lun 7 Avr - 22:31 par Dominique Giudicelli

J'avoue mes difficultés à lire aussi facilement en corse qu'en français. Je suis analphabète dans ma langue maternelle... C'est comme ça, c'est générationnel.
Mais j'ai été touchée par ce passage :

A seguita, ùn la cunnoscu micca, ci hè una razza di biotu in a stodia, ùn ci vol’ micca à dumandà hè cussì ùn la socu micca veramenti qual ‘ddi sò
St’ omu musculatu è a donna chì u voli bè.
Quì, saria, par mè com’è par d’altri
Un sicretu capitali. U sicretu di nanz’ à no
Dui chi si figurighjani, un focu spintu in a notti, quissu di l’intinzioni cuparti.
Eccu.
A pussibiltà d’una stodia chì dormi quì, ch’idda dormi, puri, in a so tarra.
Lachemula, vicin’à u mari.
avatar

Message le Lun 7 Avr - 22:34 par Dominique Giudicelli

Peut-être classé en "prose" aurait-il plus de lectures ? C'en est d'ailleurs, stricto sensu, non ?

avatar

Message le Lun 7 Avr - 22:56 par Karlheinz L.K.

C'est incontestablement de la poésie (même si on s'en branle de la "catégorie"), peut importe la technique, c'est, pour ce que j'en comprends, un poème. Le monde qui s'ouvre là dépasse celui du sens premier, celui de la langue normative. Bon, je me trouve un peu trop affirmatif vu ma capacité à lire en corse en général et en corse-du-sud en particulier, mais c'est comme ça que je ressens ce texte...  Rolling Eyes


Dernière édition par Karlheinz L.K. le Mar 8 Avr - 11:12, édité 1 fois
avatar

Message le Lun 7 Avr - 23:13 par Dominique Giudicelli

Plus très facile aujourd'hui, en tout cas pour moi, de dire ce qui est poésie et ce qui est prose. A part la forme, métrique ou pas. L'intention, la langue, le rythme, i on en fait l'apanage de la poésie, on les retrouve aussi bien dans des textes en prose, depuis que les formes poétiques classiques sont tombés en désuétude. Mais c'est vrai qu'on parle de poèmes en prose. Il doit bien y avoir qq chose qui les distingue. Voilà peut-être un sujet de discussion générale ? Quel est le propre de la poésie/la prose ?
avatar

Message le Lun 7 Avr - 23:35 par Marco B

Difficile à dire... la personnalité de l'auteur ?

Pour Cesari, elle est tournée complètement vers la poésie. S'il m'envoyait une page de son agenda, j'aurais tendance à publier ça quand même au rayon poésie.

Mais il avait écrit une belle nouvelle sur le blog de Tarrori è Fantasia, qui n'a pas eu les honneurs de l'édition papier parce que j'en attends encore la traduction. Cool 

Je vais donner un point de vue très personnel, sans flagornerie: pour moi il est un poète majeur en Corse, surtout sur la dernière décennie. Mais je sens, je sais qu'il pourrait aussi livrer des choses dans le domaine de la prose. A lui de voir bien sûr.
avatar

Message le Lun 7 Avr - 23:40 par Dominique Giudicelli

La personnalité de l'auteur... Une hypothèse surprenante mais qui sonne juste à mes oreilles. Oui, c'est peut-être bien une manière d'être au monde, de le voir et de l'écrire, au-delà de son...prosaïsme !


Je ne connais pas assez son oeuvre, et j'ai le projet de le lire. Mais le peu que j'en ai lu témoigne en effet d'un regard de voyant, à travers les mots et les choses. Et cela passe sans doute aussi très bien en prose.

Message  par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 22 Juil - 4:34