Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

General Theory of Tears - Variation (Pierre Savalli)

Partagez
avatar
Karlheinz L.K.

Messages : 151
Date d'inscription : 28/02/2014
Localisation : Bastia
12032014

General Theory of Tears - Variation (Pierre Savalli)

Message par Karlheinz L.K.

Variation d'un texte publié sur Praxis Negra, une nouvelle en français (Mes yeux pleurent), une adaptation en corse (Piegnenu i mio ochji par Jean-Yves Acquaviva), et maintenant une poésie. Il me semble en avoir fait le tour, quoi que .... (KLK) 



General Theory of Tears

I lost my tears
As some lose their keys.

Unable to cry,
Strangled by my pain,
As a hanged man.

My eyes hurt,
Molten lead above,
Like a gravestone.

My throat is on fire,
Air is so warm,
As liquid steel.

I lost my tears
Without reason,
By lack of use

Sentenced to show
My arrogant face
Of dead man,
As a trophy of suffering.

But I'm strangled by my weaknesses,
And I'm suffocating.
My stomach boiling,
Unable to cry
To evacuate liters of acid
That gnaw my brain.

I lost my tears
As some lose their keys.
Like an idiot.



Adaptation en français

J'ai perdu mes larmes,
Comme on perd ses clefs.

Impossible de pleurer,
Étranglé par ma peine,
Comme un pendu.

Mes yeux me font mal,
Recouverts de plomb fondu,
Comme une pierre tombale.

Ma gorge est en feu,
L'air est si chaud,
Métal en fusion.

J'ai perdu mes larmes,
Sans raison,
Par manque d'habitude.

Condamné à montrer
Mon arrogant visage
D'homme mort,
Trophée d'impuissance.

Mais je suis étranglé,
Et j'étouffe.
Mon estomac en ébullition,
Incapable de pleurer
Et d'évacuer
Ces litres d'acide
Qui rongent mon cerveau.

J'ai perdu mes larmes,
Comme on perd ses clefs,
Comme un con.


Illustration : Trail of Tears, frechstudios.
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Mer 12 Mar - 22:23 par Hubert Canonici

Ce Karl, toujours à tremper sa hache dans l'encre...Ça soulage!
avatar

Message le Mer 12 Mar - 23:26 par Marco B

General Theory of Tears


Persi i me lacrimi
Com'è i chjavi persi.

Briunà in darru
Di pena strangulatu
Com'è l'appiccatu.

Mi frighjini l'ochji
Saldati di piumbu
Com'è u tumbali

A cannedda in focu
L'aria cussì calda
Com'è ramu sdruttu.

Persi i me lacrimi
Senza alcun' raghjoni
For' d'ùn essa avvizzu.

Culpitu à muscià
A mena arruganti
Di u me sembiu mortu
Com'è un curciu truffeu.

Ma a dibbulezza mi strangulighja,
È assuffuchighju.
U stomacu buddi,
Piinghjariu in darru
Ghjustu pà svacà
I litri d'acidiu
À diciarbiddammi.

Persi i me lacrimi
Com'è i chjavi persi.
Da un buzaiu.



Juste une première version en corse, sûrement à retravailler avant les mises en lignes.

Je n'ai pas tenté le coup en saltitch linguage. cyclops 
avatar

Message le Jeu 13 Mar - 9:13 par Dominique Giudicelli

Il pleure beaucoup le Petit Corps pour un Inuit ensauvagé par la consanguinité... Mais il pleure beau.
avatar

Message le Jeu 13 Mar - 10:26 par Karlheinz L.K.

Je lis et relis ces couplets en sudiste, admiratif de l'efficacité de cette langue dans le registre de "la percussion douce" ! Paradoxe Dionysiaque de notre culture !

Message  par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 27 Mar - 22:32