Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Intemporel, par Hubert Canonici

Partagez
avatar
Hubert Canonici

Messages : 287
Date d'inscription : 01/03/2014
Age : 49
Localisation : Bonifacio
08032014

Intemporel, par Hubert Canonici

Message par Hubert Canonici



Hubert Canonici. Pour un texte trash et surréaliste. Du Shakespeare qui se serait abîmé chez David Cronenberg, ça suinte et ça dégouline dans une ambiance de crépuscule. Le triste crépuscule d'une humanité déchue ou Puck ne serait plus Puck, mais une sorte de crâbe à la cervelle dérangée.


Les prêtres de l'ultra libéralisme ont démultiplié les "libertés" individuelles,  autant de tours de liens enserrant chevilles,  poignets et esprits. Si l'irréversible s'est stabilisé en chape de plomb, certains guerriers justiciers empruntent la passerelle invisible, s'invitant, en éphémères visites,  hors du Valhalla.

Forêt en pente douce, les arbres aux branches graciles et nues sont flous, marron terne ; la mousse sur la glaise et les demi-feuilles pourries n'est pas verte,  humide c'est tout;  prétendre vouloir être enterré ici dans un trou froid où l'eau suinte est pur mensonge.
Au milieu d'une étendue sans horizon, tellement grise, un cimetière; non loin de l'entrée, isolé, un container de tri sélectif crépi en mode rustique, avec, pour ouvertures,  des meurtrières.
Pourquoi? Qui pour avoir écrit ceci à la peinture blanche? :
" Seleument du vere, plastic interd "

Les grilles sont vertes, sans doute peintes par un nain obstiné, ou un chat coupé - les murs sont largement éventrés, sûrement le trop plein de gris -  les fleurs près des tombes sont en plastique délavé,  le plus fréquemment il ne reste que les tiges.
Le remarquable d'un cimetière est le silence additionné de ses habitants.
Les hommes qui vivent là,  pour qui méditerait en abstractions relatives, seraient des vikings forts et tatoués tribaux;  de la fumée froide émane  de leur chair ...


Hacker. — Il va pas venir l'aut' Speck avec ses grosses couilles? Douze kilos la paire, six kilos l'une le con, pourra jamais s'les vider. J'ai faim d'un poulet là!
Puck. — Ses boules c'est pas un gouvernement Russe. On finit le Mastermind d'abord...  WÕ! Le loup galeux, ramène donc l'os noir!

Hacker. — J'entends la turbine, voilà d'nouveaux visiteurs qui approchent! Fous la bâche sur le Mastermind!

Toutes façons le loup avait bouffé tous les os, les blancs et les calcinés, ces repères indispensables au jeu - cette fois, la bonne combinaison placée dans la poitrine vidée de l'homme était:  un cœur, deux foies, un rein.
Une berline chromée troue la nappe épaisse et dérivante de brouillard, cinq à bord.
Encore de riches déracinés cherchant leurs ancêtres au mauvais cimetière. Vêtus de matières nobles ils ont de l'allure; le patriarche est de haute stature, ses cheveux gris biens coiffés ondulent en vaguelettes vers l'arrière, sa femme, belle et précieuse, semble être née dans un bain de fils d'or. Leur fille est un appel manifeste à la débauche. L'autre couple est poli jusqu'aux coutures mais moins clinquant, certains y auraient vu des belges basiques enlototifiés, le genre à ne pas percevoir la différence fondamentale entre un salamu di Quenza et un cochonou.

Hacker. — Speck, putain! Va vers le container et te retourne pas, faut pas qu'ils voient tes couilles rouge-brun!

Speck. — Affirmatif, mais après si tu veux que j'te rôtisse le poulet faudra m'récompenser!

Le père approche d'un pas assuré.

Père (d'une voix d'androïde).  — Ça fouette par ici!

Hacker ne peut s'empêcher de penser à ce con de Speck qui ne veut pas s'enduire les burnes de terre glaise, ça en plomberait les relents fauves et putrides; il dit qu'elles lui annoncent le temps du lendemain... mais, il fait toujours le même temps... merde.

Père. — Ohé braves personnes, vous êtes des employés du cimetière?

Puck. — Des gardiens comme qui dirait, m'sieur!

Père. — Auriez-vous l'obligeance de nous indiquer la tombe de M. Hut Érus? Vous en récolterez des bons du trésor!

Hacker. — Par ici!

Mère (emboîtant le pas et regardant vers Speck). — Votre ami, il ne vient pas?

Puck. — Il surveille le container, une fois, un gars y a foutu un dentier avec une dent cariée!

La fille ne pipe mot; le visage verrouillé elle suit avec un air qui en dit long, pas l'ombre d'un soupçon de rêve en elle. Très belle, elle provoque une empathie assaisonnée aux hormones;  sans tortiller du cul pour chier droit, c'est l'étincelle qui éveille le doucereux sentiment déstabilisant qu'on intitule " désir ", Hacker a envie de l'enlacer, lui allumer la veilleuse, au silex si besoin.
Avec une méthodologie bien rodée, Puck ferme la marche, il s'empare de la massue près de la tombe du poète inconnu, un casse tête nordique, ou chinois...
De longues lames style patins à glace  y sont soudées en long tous les dix centimètres.

L'enlototifiée. — Quelle disgrâce, reposer dans un endroit si laid et abandonné!

Puck. — Et les vivants? Ne sont-ils pas abandonnés?

L'enlototifiée. — AAAARGH! Le dément, il va nous battre!

Puck assène un terrible coup sur l'enlototifié lui défonçant la boîte crânienne : " TCHÖK"!
La lame contondante lui fend la poire faisant se répandre un coulis cérébral du plus bel effet. De la couleur vive par ces grises contrées ça dénote, mais c'est essentiel pour un plus large spectre des couleurs légitime à leurs pupilles.
Speck arrive couilles à terre, obligé de courir pattes écartées, comme une araignée véloce ou un crabe olympique; pour les proies figées par la terreur c'est la double peine, voir ça et mourir après - il assène un coup de sa double hache étonnement précis et décapite l'enlototifiée.
Hacker brise de ses mains la nuque du père. Quand Puck veut trancher la mère en deux, Speck hurle en pleurant:
NAAAN NAAAN! Faut la pendre! (un peu le principe du gigot ficelle).

Speck ramène une corde avec un nœud coulant,  la fait tourner avec un rire d'enfant découvrant ses cadeaux au pied du sapin. La fille est impassible, la mère geint, suinte, les bijoux en mode castagnettes,  tétanisée...
Ce fin connaisseur, par expérience, connaît la différence entre un vagin découpé après une mort  violente ou après la longue agonie d'une pendaison; il s'en trouve plus contracté et mieux lubrifié...
Où commence et où s'arrête l’ego? Dieu lui même ne veut-il pas qu'on vante ses mérites?
Hacker passe la corde autour du cou de la mère, la balance sur le nez de Pinocchio ( le tronc sec avec sa solide branche à l'équerre ), tire et amarre...
Comme cela la mort est plus lente, c'est déraisonnable, mais le désir est déraisonnable par essence. Au bout de plusieurs minutes les saccades se font moins vives, mais il en va du plaisir de Speck. La fille regarde sa mère et balance un " Salope, fourmi volante! " qui vient des tripes et du cœur.
Elle demande une lame tranchante pour soustraire à son père sa queue  en L, bite satanique, il l'a tant souillée depuis sa plus tendre enfance, avec la complicité de sa mère et de leurs enflures d'amis...
Elle coupe et balance au loup, pour une fois qu'elle a un usage légitime...
Hacker tranche dans le vif, il donne l'écrin de la mère à Speck qui crabicotte vers la forêt.
La suite serait délectable malheureusement je ne veux pas la dire et c'est regrettable, ça vous aurait fait gerber un peu...
Le fait est que le cri suraigu de Speck en dit long, le miracle s'accomplit, ses bourses reprennent des proportions normales - plusieurs arbres, en face, paraissent recouverts de neige...

Lors de chaque moment de grâce en ce lieu, un hologramme apparaît, cette fois c'est Léo Ferré, il chante: Le chien... Touchant car sur le fil du rasoir, plus vivant aujourd'hui que jamais...
Aujourd'hui ils vieillissent selon leurs moyens, les nantis à des âges canoniques, lissés jusqu'à l'os; les travailleurs ordinaires meurent bien avant les sillons - ceux qui racontaient une vie sur un visage - profonds comme aux champs où l'on plantait des pommes de terre; on ne verra plus de mangeurs de pommes de terre semblables à ceux de Van Gogh, à la lueur blafarde d'une lampe à huile, méritants de manger ce qu'ils mangent...
Hacker et la fille s'aiment, il la baptise Mardöll (mer brillante) elle adopte et oublie le reste.
Cinq immenses planètes approchent à grande vitesse, le ciel s'embrase, les guerriers souriants lèvent leurs épées pour saluer les dieux, c'est splendide - Mardöll tient son homme par la taille, pour l'éternité...

Hubert Canonici


illustration : Jane Alexander (South Africa)
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Jeu 13 Mar - 9:11 par Dominique Giudicelli

Hubert Pale Rider, toujours aussi unique et génialement fou. Notre Antonin Artaud...

Message le Sam 31 Mai - 11:59 par o.ancey

Oui, un  texte original, du gore à la Terry Gilliam.

Message  par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 24 Oct - 13:12