Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Jean Nicoli "Un instituteur républicain de la Colonie à la Résistance" (JYA)

Partagez
avatar
JYA
Admin

Messages : 24
Date d'inscription : 31/01/2013
01032014

Jean Nicoli "Un instituteur républicain de la Colonie à la Résistance" (JYA)

Message par JYA




Qui ne connait pas Jean Nicoli ?  Je  connaissais le héros, le résistant, l'homme engagé qui donna sa vie pour un idéal de liberté marquant à jamais l'histoire. Je connaissais ces mots magnifiques, griffonnés sur un paquet de cigarettes quelques heures seulement avant de mourir. Cette lettre à ses enfants, poignante, sincère et si dénuée de découragement malgré les circonstances, malgré l'inéluctabilité d'une destinée tragique. Je le connaissais donc, comme tout le monde serais-tenté de dire. Je l'ai pourtant découvert, sur les conseils de Jean-Claude Acquaviva du groupe A filetta qui me fit part, un jour, de son envie d'imaginer un spectacle musical autour des personnages de Jean Nicoli et Aimé Césaire. Je fus d'abord interloqué, ne voyant pas vraiment de rapport entre les deux hommes si ce n'est celui de l'engagement au sens très large du mot. Après quelques recherches, je me procurai, auprès de l'excellente librairie en ligne Soumbala, un ouvrage intitulé : " Jean Nicoli. Un instituteur républicain, de la Colonie à la Résistance", paru aux éditions Donniya de Bamako, préfacé par Francette Nicoli et commenté par Francis Arzalier. Ce livre, retrace la vie de Jean Nicoli de 1925 à 1943. Dès les premières pages, l'analogie faite avec Aimé Césaire m'apparut comme une évidence, la négritude en moins, la corsitude en plus. L'exil, l'affirmation de l'identité, le refus de la catégorisation des hommes selon leur condition ou leur couleur de peau, sont autant de raisons de les rapprocher. Ce n'est pas un ouvrage que l'on lit d'un trait, ce n'est pas ainsi, en tout cas, que je l'ai lu. C'est le genre de livre que l'on garde à portée de main, un de ceux dans lesquels on se plonge quelques instants, que l'on referme plus instruit, plus riche de sentiments, un de ceux que l'on voudrait n'avoir jamais fini. Tant pour la qualité littéraire de certains passages que pour la dimension historique que d'autres recèlent. Tant pour la découverte d'un homme qui, bien avant de se dresser contre le fascisme, dénonçait le sort fait aux africains par ceux qui confondirent mission émancipatrice et colonisation aveugle, que pour celle d'un auteur de talent sachant décrire avec justesse le monde qui l'entoure. Pour tout cela, Jean Nicoli connut la délation, bien avant celle qui le conduisit à l'échafaud. Il dut subir l'exil une deuxième fois et quitter cette terre d'Afrique qu'il avait fini par considérer sienne, qui était sienne.
Si je ne devais retenir qu'un extrait de cet ouvrage, ce serait celui intitulé "Première tornade", j'y ai vu, à tort peut-être, une allégorie prémonitoire, une synthèse absolue de la vie de cet homme qu'aujourd'hui je connais mieux et que je vous invite à découvrir à votre tour.



VINTERA


Prima ci hè u silenziu, à fascià ogni cosa
D’ogni alburu, u frascume, d’un siscu hè azzicatu
È u celu si veste di lana cindarosa
Cum’è per dì à tutti ch’un periculu hè natu

Dopu l’aria si face cum’è ligera è fresca
U celu torna foscu, u ventu vene mossu
Cuscogliule scimite si pesanu in tresca
È digià in un frombu, u tonu ci hè addossu

È tuttu vene bughju, in cor di miziornu
Toni, saette, acqua, in tamantu scunfondu
S’abbraccianu per forza, a notte cù u ghjornu
À robba è ghjente pare, natu u finimondu

Eppo' tuttu si tace è volta u turchinu
Cum’è s’è nulla ùn fussi canta torna l’acellu
È dopu à ‘ssa vintera, soca soffiu divinu
U sole è i so raghji invadenu u celu…
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Sam 1 Mar - 13:28 par Karlheinz L.K.

Je suis entrain de le lire... Quelle force, quel engagement, quelle détermination, quel attachement à cette île, et le contexte, incroyable !
avatar

Message le Sam 1 Mar - 13:33 par JYA

Oui, incroyable c'est le mot. Un précurseur...
avatar

Message le Sam 1 Mar - 13:59 par Dominique Giudicelli

Allé, torna un libru in la mio lista ! Un mi ne surtaraghju mai !

Message  par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 23 Mai - 3:03