Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Le Moindre Geste / U Minimu Gestu (S. Cesari)

Partagez
avatar
Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
28022014

Le Moindre Geste / U Minimu Gestu (S. Cesari)

Message par Marco B

Le livre événement en Corse en 2013 ?



On en parle ici quand vous voulez.
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Sam 1 Mar - 11:04 par Karlheinz L.K.

Personne n'ose torpiller ce recueil... Et pourtant, écrit dans un Corsico incompréhensible à la plus vieille brebis d'un troupeau Niolin, ces poésies accompagnées d'une iconographie morbide symbolisent ce qui se fait de plus inutile en Corse aujourd'hui.

Et justement, ces poésies sont inutiles. Quelle merveille que cette absence d'utilité, quelle liberté offerte au lecteur, quelle jouissance que ces coups feutrés et puissant assenés au foie de cette société utilitariste et consumériste.

« Le moindre geste » est une invitation à l'essentiel, à l'évidence de ce qu'est la vie, de ce qui fait d'elle une chose simple que l'on croit compliquée.

L'auteur est un escroc, il nous livre des textes à la manière de « Lost Hightway » de David Lynch, chaque lecteur construisant « sa » poésie sur les bases d'une structure ouverte. Télescopage de l’explicite et de l'implicite ; elles vous laissent parfois dans le doute, parfois dans la certitude, chaque lecture mettant en défaut les précédentes, créant ainsi un livre sans fin où les poésies (sortes de minis nouvelles parfois), se créaient et se recréaient ad libitum. Belle escroquerie vous en conviendrez.

Comble de la prétention artistique, ces poèmes ne sont même pas pédants, l'auteur semblant se moquer des effets de styles et autres enrobages, il se contente du geste minimum, celui qui touche, celui qui caresse ou celui qui griffe. Cet homme est un chat...

Stefanu Cesari est donc, je me répète, un escroc, il nous fait croire qu'écrire de telles poésies est facile, et ça, je ne peux le lui pardonner ! Lisez-donc et maudissez cet homme, générateur de rêve et de frustration, rêve de devenir poète, frustration d'en être incapable.
avatar

Message le Sam 1 Mar - 12:43 par Dominique Giudicelli

Karlito, vous maniez l'antiphrase à merveille. J'ai lu récemment la critique de Cecile Trojani sur le site de musa nostra. Elle disait la même chose que vous, mais tout autrement. Je ne cesserai jamais de m'émerveiller de l'infini variété de l'écriture.

Message  par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 22 Juin - 22:34