Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Immigrante (Jo Antonetti)

Partagez
avatar
Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
28022014

Immigrante (Jo Antonetti)

Message par Marco B

Quandu fughje diventa un infernu. Un testu di Jo Antonetti.



Eccu, avà ci sò. Sò puru ghjuntu à francalla ‘ssa fruntiera è sta volta hè l’ultima, ùn vulteraghju più ind’è mè. Oghje sò in pace.
A prima volta m’era fattu chjappà da e « border patrol », m’avianu chjosu unepochi di mesi in un campu cun d’altri immigranti, poi à u capu di qualchì mese ci anu rimandatu à u Messicu.
A seconda volta era passatu senza difficultà, s’ellu si pò dì, avia travagliatu cum’è ghjurnataghju in una splutazione agricula di u Texas, induv’era trattatu abbastanza bè, è sopr’à tuttu pacatu quattru volte di più chè in u mo tufone persu di Las Vacas.
Eppo' un ghjornu , sò ghjunti, armati, vestuti cun tenute militare, una decina di pick-up à troncachjavette, è aghju vistu a paura in l’ochji di i mo cumpatriotti, hè natu u scappa scappa, è elli ci tiravanu addossu, è noi fughjiamu, è parechji cascavanu, feriti o morti. Eo, a mi sò francata, eramu dui, à avè corsu abbastanza in furia o à esse stati crepati in colpu, chì forse ùn ci averanu mancu vistu, infine eramu salvi.
— Quale eranu quessi ? Un era micca a border patrol ?
— Cumu a sai ?
— M’anu chjappu digià, è ùn ci anu micca tiratu addossu.
Diego ùn mi rispose micca. Chì ne pudia sapè ellu, qual’eranu ‘ssi tippi, ùn avia mancu vint’anni, è era partutu di u so paese perchè chì ci patia a fame.
Marchjavamu versi u meziornu, rientravamu ind’è noi, vultavamu à a miseria, vultavamu à a fame. Di prima sera, avemu vistu una casuccia scantata, Diego ùn ci vulia andà, dicia chì ci aviamu da fà tirà, ma eo era famitu, li aghju dettu d’aspettammi, anderia à dumandà qualcosa à pizzicà, è s’ellu si passava male, ùn averebbe chè da fughje.
Ci stava una donna sola in sta casuccia, ci allughjò, ci fece manghjà è ci spiecò qual’eranu i nostri amichi .
Eranu i Minute men, una milizia di citadini americani chì vulia luttà contr’à l’immigrazione, à u principiu facianu solu surveglianza è quand’elli ne chjappavanu unepochi di i nostri, i trasmettianu à a pulizza, ma u so razzisimu piattu avia pigliatu a suprana è dillusi da i pochi risultati di a pulizza, eranu entrati in una guerra scema è fanatica.
Allora simu vultati à u Messicu. Un’antra volta. L’ultima volta.
A terza volta, ùn era micca solu, cun mè ci era Luis è Miguel, dui amichi di Las Vacas, babbi di famiglia curagiosi chì affruntavanu a fruntiera, a morte, per dà à manghjà à i soii . Curagiosi, i mo cuglioni, quand’omu pate a fame, ci vole à esse incuscenti per piglià moglia è fà figlioli, incuscenti è scemi quandu per dalli à manghjà, ci vole à parte ind’un paese strangeru chì ùn vole di voi, chì alza un muru longu à a fruntiera, induve semplici citadini imbuffati di razzisimu è di cunnaria pura, piglianu l’arme è ci tiranu cum’è cunigliuli.
Aviamu francatu u Rio Bravo à nutu, a ci eramu francata sin’à custì, di a border patrol è di e milizie. Sta volta, era a bona, aviamu passatu a fruntiera è seria l’ultima volta n’era cunvintu, ùn mi rimanderebbe più nimu in l’infernu di Las Vacas.
Marchjavamu versu Eagle Pass, quand’elli ci sò cascati addossu. Ùn anu micca tiratu, ci anu ammanitatu è lampatu à bordu à i pick-up, i mo cumpagni mi fidighjavanu impauriti
Sò miliziani, ci portanu ind’è a pulizza, avemu da vultà ind’è noi.
Unu di ‘ssi inculati m’hà minatu di ceppu in capu,
— Parla inglese o mullizzò, ùn sì micca nu u to paese di scimii.
Ci anu purtatu in un hangar scantatu.
Sò vultati di notte, cun e tenute bianche di u Ku Klux Klan, avianu preparatu e so croci rituale, quelle ch’elli brusgiavanu quandu tumbavanu i neri
— V’avemu da amparà à stà ind’è voi, mansa di muracci, quì hè terra americana.
Eccu, avà ci sò. Ùn vulteraghju più ind’è mè, ùn averaghju mai più fame, ùn suffreraghju mai più.

Jo Antonetti

Illustration : Calais, migrants jouant aux dominos dans une scierie désaffectée.
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

avatar

Message le Ven 28 Fév - 0:46 par Marco B

L'immigrant

Jo Antonetti et ses rêves d'évasion. Enfin traduit par Biancarelli. Il en aura fallu du temps, mais le temps c'est de l'argent, disait le traducteur vénal. Donc Jo Antonetti qui nous parle de frontières, de fafs et de désespérance. Dans l'air de ces temps sombres.



Ça y est, j’y suis. Finalement j’ai réussi à franchir cette frontière, et cette fois c’est la bonne, je ne reviendrai pas chez moi. Je suis en paix aujourd’hui.

La première fois je m’étais fait rattraper par la « border patrol », on m’avait enfermé pendant des mois dans un camp pour immigrés, puis on nous avait renvoyés au Mexique.

La seconde fois j’étais passé sans difficultés, si l’on peut dire, j’avais travaillé comme journalier dans une exploitation agricole au Texas, j’y étais traité assez bien, et surtout on me payait quatre fois plus que dans mon trou perdu de Las Vacas. Et puis un jour, ils ont débarqué, armés, vêtus de tenues militaires, une dizaine de pick-up à toute berzingue, et j’ai vu la peur dans le regard de mes compatriotes, ils se sont mis à fuir, et eux qui nous tiraient dessus, nous qui nous enfuyions, au milieu de ceux qui tombaient, blessés ou morts. J’ai réussi à y échapper, on était deux, à courir comme des damnés, ou bien protégés des Dieux, peut-être ne nous avaient-ils simplement pas repérés, enfin on avait sauvé nos peaux.

— C’était qui ceux-là ? Pas la border patrol ?
— Comment tu sais ça ?
— Ils m’ont choppé déjà, et ils nous avaient pas tiré dessus.

Diego ne me répondit pas. Comment pouvait-il bien savoir qui étaient ces types, il avait pas vingt ans, et il s’était barré de son bled parce qu’il y crevait la dalle.
On marchait vers le sud, pour rentrer chez nous, retourner à la misère, retrouver la faim. Le premier soir, on a trouvé une baraque un peu à l’écart, Diego voulait pas y aller, il disait qu’on allait se faire allumer, moi je mourais de faim, je lui ai dit de m’attendre, je demanderais quelque chose à grignoter, et si ça se passait mal il n’aurait qu’à s’enfuir.

Il n’y avait qu’une femme dans cette maison, seule, elle nous logea, nous fit manger et nous expliqua qui étaient nos amis. C’était les Minute Men, une milice de citoyens américains qui voulaient lutter contre l’immigration, au début ils se contentaient de faire de la surveillance, et quand ils en prenaient un d’entre nous ils le transmettaient à la police, mais leur racisme latent les avait submergés. Déçus du peu de résultats des flics, ils étaient entrés dans une guerre folle et fanatique.

Alors on est retournés au Mexique. Une nouvelle fois. La dernière.

La troisième fois j’étais pas seul, Luis et Miguel m’accompagnaient, c’était deux amis de Las Vacas, des pères courageux qui affrontaient la frontière, la mort, pour donner à manger à leur famille. Enfin courageux… mon cul, quand on crève de faim, faut être inconscient pour prendre une femme et lui faire des gosses, inconscient et un peu malade pour aller trouver à bouffer dans un pays étranger qui ne veut pas de vous, et qui dresse un mur tout le long de la frontière, et où des simples citoyens – gavés de racisme et de sombre crétinisme – prennent les armes et vous tirent comme des lapins.

On avait franchi le Rio Bravo à la nage, et jusque là on avait échappé tant à la border patrol qu’aux miliciens. Cette fois, c’était la bonne, on avait franchi la frontière et j’étais convaincu qu’on reviendrait jamais en arrière. Personne me renverrait dans l’enfer de Las Vacas.

On marchait vers Eagle Pass quand ils nous sont tombés dessus. Ils n’ont pas tiré, ils nous ont juste menottés et hissés à bord des pick-up, mes compagnons me regardaient épouvantés.

— C’est des miliciens, ils nous emmènent à la police, on rentrera chez nous.

Un de ces enculés m’a frappé sur la tête avec son flingue.

— Parle anglais espèce de bâtard, t’es pas dans ton pays de macaques.

Ils nous ont emmenés dans un hangar paumé.
La nuit ils sont revenus, avec les tenues blanches du Ku Klux Klan, ils avaient même préparé des croix rituelles, celles qu’ils brûlaient quand ils tuaient les noirs.

— On va vous apprendre à rester chez vous, bande de bougnoules, ici on est en terre américaine.

Voilà, cette fois j’y suis. Je ne rentrerai jamais chez moi, je n’aurai jamais plus faim. Je ne souffrirai jamais plus.

Jo Antonetti

Illustration : Apaches Attacking, John Hampton, 1961

    La date/heure actuelle est Mar 24 Oct - 13:10