Praxis Cumitatu

L'ancien blog Praxis Negra étant réactivé, le Comité informe que ce forum est désormais un simple atelier d'écriture. Les membres inscrits peuvent y proposer leurs textes en vue d'une publication sur Praxis Negra (en français) ou Tonu è Timpesta (en langue corse).


Atelier littéraire


Ne ratez plus rien ! Les nouvelles contributions s'affichent dans la colonne de droite de chaque rubrique. Vous pouvez également les lister en cliquant sur le lien " Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite", ci-dessus. Enfin, vous pouvez configurer votre profil pour être alerté lorsqu'un nouveau message est posté sur un sujet qui vous intéresse.

Furiani : Absit reverentia vero (Didier Rey)

Partagez

Marco B
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 30/01/2013
28022014

Furiani : Absit reverentia vero (Didier Rey)

Message par Marco B

« Ne craignons pas de dire la vérité » (Ovide).


Ça n’est pas à proprement parler de littérature dont il sera question ici. Mais ça a tout de même à voir avec la pensée, et puis aussi avec la dignité des Hommes, et l’indignité des instances qui prétendent les représenter. Nous sommes le 5 mai, en 2013, un jour qui ne doit pas être comme les autres, et Didier Rey nous le rappelle avec justesse. Quand d’autres – en ce même jour – se courbent devant le veau d’or et ses scandales.




« Il n’est pas question de faire du 5 mai une journée sans football en France […]. Dans aucun pays d’Europe qui a vécu des catastrophes similaires, le football n’a été supprimé. Il y a des commémorations. C’est ce que nous allons faire sur l’ensemble des matches. Une journée sans football est une mauvaise réponse à un véritable drame. Cette position a été arrêtée au plus haut niveau de la Fédération, et nous n’en bougerons pas. »

Cette déclaration du président de la Ligue de football professionnel (LFP) au soir de la finale de la Coupe de la Ligue, n’est en rien surprenante ; elle confirme, si besoin était, le caractère mineur, bien que tragique, de la catastrophe de Furiani pour les instances nationales du football. Elle démontre également la volonté clairement affirmée de considérer cette tragédie comme une simple péripétie corso-corse, une de plus serait-on tenté d’ajouter. Enfin, elle en appelle à des comparaisons européennes qui n’ont pas grand sens compte-tenu des mécanismes qui engendrèrent l’effondrement de la tribune nord du stade de Furiani.

En effet, ce qui fait la spécificité de cette sinistre journée du printemps 1992 tient dans l’enchevêtrement des responsabilités, pénales et/ou morales, des autorités politiques, administratives et sportives, tant locales que nationales. Les implications morales n’étant pas les moindres, bien que n’ayant souvent aucune conséquence judiciaire. Si les instances sportives insulaires fautèrent gravement et, en tout premier lieu, les dirigeants du SCB qui demeurent bien les responsables principaux du drame, il en alla de même, à un degré différent, de la FFF, organisatrice de l’épreuve. Administrativement et politiquement, les légèretés des uns et des autres, du côté municipal et préfectoral entre autres, permirent que le funeste mécanisme ne puisse être enrayé. Or, c’est bien à cause de cette somme d’inconséquences que la tragédie devint possible. C’est en cela que le 5 mai est une catastrophe nationale. Cette conjonction de responsabilités d’origines diverses ne se rencontre dans aucune des catastrophes survenues dans des stades européens à ce jour. Deux exemples suffiront à illustrer notre propos : Le 29 mai 1985, à Bruxelles, lors du drame du stade du Heysel, la responsabilité des autorités politiques et administratives britanniques et italiennes n’est en rien engagée, et pour cause. Le 15 avril 1989, à Sheffield, dans le stade de Hillsborough, c’est avant tout le dysfonctionnement des services de police sur place qui est en cause – comme l’a très clairement démontré le rapport de la Commission indépendante rendu public le 12 septembre 2012 –, ainsi que l’aspect vétuste des installations caractéristique de l’Angleterre du temps ; non la conjonction de responsabilités en amont. Par conséquent, la comparaison entre les différentes catastrophes est biaisée. Quant à l’aspect morbide, bien que toujours émotionnellement difficile à évoquer, il ne peut être laissé de côté. En effet, le nombre de personnes blessées ou décédées lors de l’effondrement de la tribune nord équivaut à 1 % de la population corse de l’époque. Proportionnellement, aucun des drames précédents n’a fait autant de victimes. Ce caractère exceptionnel en fait également une catastrophe d’ampleur nationale.

Or, c’est bien cet aspect des choses que, en aucune manière, la LFP, la FFF pas plus que l’Assemblée nationale du reste, ne veulent aujourd’hui assumer (pour ce qui relève des aspects strictement insulaires, notons en passant que la Ligue Corse et le SCB firent amende honorable et sont désormais engagés aux côtés du Collectif des familles). Plus généralement, ce refus des instances sportives renvoie aux relations conflictuelles entretenues entre ces dernières et les clubs corses depuis au moins un demi-siècle ;  elles-mêmes parties prenantes de la « Question corse[1] ». On comprend alors pourquoi le drame de Furiani doit demeurer une affaire corso-corse. Il apparaît donc évident que les propositions formulées par le Comité des familles lors des réunions de la Commission mise en place par la FFF n’avaient aucune chance d’être retenues ; réunions au demeurant parfois marquées du sceau de la condescendance, pour ne pas dire plus. Pourtant, par leur aspect éducatif tout autant que mémoriel, ces propositions auraient pu permettre de donner du sens dans la durée à la sanctuarisation du 5 mai. Certaines des contre-propositions de la LNF avaient déjà démontré leur inefficacité ; ainsi en était-il de la minute de silence observée avant chaque rencontre se déroulant le jour fatidique qui, en 2002, donna lieu dans la plupart de stades de France, à une bordée de sifflets. Au deuil s’ajouta l’humiliation.

Enfin, on ne saurait faire fi des mutations financières qui affectent à l’heure actuelle le football français ; rappelons que d’autres mutations du même type eurent leur part de responsabilité dans la catastrophe. Le spectacle sportif, partie prenante du capitalisme financier mondialisé, se doit d’être plus que jamais médiatiquement attractif et d’offrir à tout un chacun sa part de rêve ; il en va de la pérennité du mythe sportif. Dès lors, les instances nationales ne sauraient encombrer le calendrier ’’festif ’’ de considérations mémorielles qui transformèrent le ’’rêve’’ en cauchemar.

Didier Rey

Illustration : Caravaggio, La Capture du Christ, 1602, National Gallery of Ireland, Dublin.



[1] Xavier Crettiez, La Question corse, Bruxelles, Éditions Complexe, 1999.
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking


    La date/heure actuelle est Lun 23 Jan - 15:39